2014-09-05

The Eemian and beginning of the Early Weichselian, a brief resume / Le Eémien et au début du Weichselien ,un bref résumé

Texte en Français, au dessous du texte anglais


Neanderthals lived in the glacial periods and they got extinct during the glacial- some 40,000 kya 
( during  MIS 3 ,ca. 59-25 ka BP )(1).

The Eemian has been defined at MIS 5e ( Marine Isotope stage 5e) ( Zagwijn, 1961). In corresponding foraminifer – research in Portugal this period has been established and is now accepted for Europe except for parts of Central Europe ( Sier et al. 2011 unpubl.). For a total of 183 sites, detailed information on their geographical setting, the available proxy data, and “average” climate conditions during the interstadial and stadial phases of so called Dansgaard–Oeschger  - cycles are presented. Marine records are the most abundant with nearly twice as many sites as the ice core and terrestrial sites combined. (Voelker, 2002).  This is why in this article MIS is used instead of OIS.

Neanderthal environmental tolerance must have been big enough to survive the interglacial  conditions of the Eemian interglacial (2) , a period of about  10,000 years  of gradual warming up and cooling down,  as we define during the Eemian  ten different  ‘pollen zones’,  where the stratigraphic position during this time corresponds with an almost continuous changing vegetation- type.
During the climax of the Eemian ( corresponding to pollen -zone E5, Zagwijn, 1961), average  temperatures were rising up to 2 degrees Celsius  higher compared with the current  interglacial (Holocene), and e.g. species of large mammals like hippos were living in the regions west and north west of the Rhine in north West Europe. The climax vegetation was formed by broad- leaved trees, somewhere between 122  -  119 kya, so for a period of about 3000 years.
How did Neanderthals adapt to these environmental changes, where open steppe vegetation changed over 3000 years into forest =vegetation with much higher temperatures? And if they could not adapt in regions covered with dense forest, where did they go?
At open air sites, like Veldwezelt - Hezerwater in  Belgium and Maastricht -Belvedere  in The Netherlands the presence of Neanderthals’ is established for the period before MIS5, (i.c. late MIS 6.01, Zeifen interstadial, ca 133 kya, Bringmans, 2007). Then, missing the Eemian, Neanderthal presence at the Veldwezelt site comes from the early Weichselian, during the Odderade interstadial at 85 kya’.
Evidence of Neanderthal tools from the Eemian is known from the North Western countries, including the Netherlands, where tools were found in particular in the Central Limburg  area of the Peel and Venray (3) and locations like the Corversbos in Noord- Holland , the last  established by surface finds ( Offermans -Heykens et al., 2010).
Some evidence  about Neanderthals in changing vegetation types like deciduous forests,  comes from butchering locations, such as  Caours in France (Auguste  et al. 2010) , Maastricht Belvedere in The Netherlands  (Roebroeks 1988), Abéville at the Somme river in France , Taubach in Thüringen Germany (Dusseldorp, 2009)  and the site at Rutten (The Netherlands),  where animal bones of animals of semi- open till closed  landscapes , like rhinoceros, aurochs, horses, deer,  were found at Middle Paleolithic sites.
In Neumark, south of the city of Leipzig in Germany, professor Roebroeks suggested, based on a five year excavation campaign, Neanderthals lived here between 123 -  110 kya at a lake (Gaudzinski-Windheuser,2013)  where they had collected and consumed  acorns. But the main suggestion he did is, Neanderthals survived in more open type landscapes, in a further substantially closed environment (4).  Shackletona et al. imagine a more open landscape for the Eemian where  the landscape partially remains open by grazing activities of large animals like rhino and  hippos, ( west of the Rhine) and by e.g. by periodical fires and floods.( Shackletona et al. 2003).
It is likely to believe, Neanderthals migrated to the more tempered regions of Northern Europe, but as Sweden and Norway were separated by a large sea due to sea level rising,( causing a peninsula) they would not have gone as far as Denmark.  So far, no traces of Neanderthals are found in Denmark (Egeland et al. 2013) (5).
Neanderthals also could have migrated to the Northeast of Europe into the Baltic and farther north into Southern Siberia and Asia ( Baumer, 2012)(6)
Another possibility could be, Neanderthals dispersed to any appropriate refugium, into highlands or mountain areas of Central Europe  (Vosges, Alps,) with significant  lower  annual temperatures and a different, more open vegetation type, or they  followed  for instance the Danube river to its mouth and followed the East European plains of Moldavia into the Eurasian plane. From a refugium, they could have dispersed into the other areas when the environmental circumstances were optimized for them.

To get a view of the environmental circumstances and especially the vegetation for a large region, such as the regions of Northern France and Southern Belgium, the axiom is pollen -diagrams give a view of the regional pollen distribution rather than a local pollen distribution pattern. This is likely the case when we deal with large forest - types, in case of unilateral composition or in composition of known vegetation types. Interglacial forest -types however will show a slight different view in more southern regions, so the zones will be diachronic.  Besides of the geological position in more southern regions, where warming was relatively easier, other factors are involved, such as the altitude, the soil conditions and e.g. the position of a mountain to the south (sun side). Forest types in lowlands and highlands are also different, so the correlation in pollen zones is biased.
Nevertheless the big picture for a large region is the same, where e.g. phenomena such as permafrost, deforestation processes have been similar; the permafrost during big parts of the Weichselian began close to the Scandinavian ice coversheet and reached to the south to the vicinity of Bordeaux.

The view about the period of the transitional phase between the Late Eemian (MIS 5a) and the earliest phase of the early Glacial (MIS 4) is based upon measuring the oxygen isotopes both at land and at sea.  In a hypothetical climate model, before the starting of the MIS 4 with decreasing temperatures, we see a building up of anticyclones south of the Laptev Sea in Russia; leading to surface currents from the south to south east over this sea into the direction of Severnaya Semlya (= Nova Zembla)  causing  a big influence on moisture building and a surplus of precipitation  in the adjacent Kara sea, where  a glacier did build up itself. This happened after MIS 7 during MIS 6 and after MIS 5 in the transition to MIS 4. (See e.g. Velitschko , 1997).
The cooling down of the climate is very well visible in pollen diagrams , showing  the climate change  began already in the Latest phases of the Eemian, (pollen zones E6b and EW1a) where in the zone E6b the alder (Alnus glutinosa) , hornbeam (Carpinus sp.) and oak  (Quercus sp.)  decreased in total numbers ( relatively to other species)  compared to the  previous E6a  pollen zone, where they still  occur.
The pollen phase E6b is characterized by forests consisting of species like birch (Betula sp.) and pine ( Pinus sylvestris), with spruce (Abies sp.), as a visible  response  to  changing climate, especially lowering temperatures, which is the reason different tree species do not come into bloom. In pollen phase EW1a we enter the stadial phase of the Early Weichselian, corresponding with a relative date of ca 115 kya; the vegetation response to the climate change is directly visible.
This is the phase of subarctic parkland, where we find much heather (Calluna), pine (Pinus sylvestris) and birch (Betula sp.). Heather is pointing at a climate that could be already much colder, but still must have been relatively wet, so with a large amount of annual precipitation. Same indications were found in the Vosges, in the transitional phase between the Eemian and the Early glacial. From a pollen diagram core from La Grande Pile (GP XX) it was established  the end of the Eemian had been marked by a minor climatic change; Also the species of spike heath ( Bruckenthalia sp.) and larch (Larix sp.) were identified for the first time at La Grande Pile (De Beaulieu &  Reille, 1992).
An important continuous pollen sequence for the last 140,000 years comes from this previous mentioned Grande Pile peat bog in the Southern Vosges Mountains. This location demonstrates a full glacial-interglacial cycle which is comparable to complete pollen sequences from South- Limburg (Janssen, 1981) and is located not far from the Riss-  stratotypes (Sommé , 1988). In the transition between MIS 5e and MIS 4, it was noticed from La Grande Pile, two intervals of the interglacial type (in the palynological sense) occurred right after the Eemian: St. Germain I and St. Germain II. In sich interglacial type intervals the part of mixed oak forest (7) is relatively high compared to other periods.  These two periods that must have been much warmer, were separated by two very cold, glacial phases, named Melisey I ( ca 17kya,  late MIS 5d)  and Melisey II. (Woillard, 1978, Brewer et al.,. 2008) .This oscillation pattern is probably linked to Frenzel’s chronology (see  Frenzel, 1994).
This means, the climate change has been gone rapidly, where a quick response of the vegetation is visible in the pollen records. An example of such change in vegetation between interstadials and stadials is visible in the image below.

Comparison between vegetation types during  interstadial= stadial change, demonstrating influence of lowering temperatures on vegetation growth. Other parameters influencing the vegetation growth are the saturation 
(determined by the amount of  dissolved calcium in soil horizons highly depending on temperature) and  bacterial and mycological activity,  improving soil structure during interstadial and interglacial conditions

The bone assemblage of the  Taubach -site in Germany (dated at MIS5e)  is dominated by brown bears  (Ursus arctos) (26%) and Merck's  Rhino (21%), followed by bison (Bison priscus) (9%), and beaver (Castor fiber) (5%).
Other prey were forest elephant, deer, giant deer, deer, horse, wild boar and predators such as lion, cave bear, hyena, leopard and lynx.
The cave bear (Ursus spelaeus) and giant deer (Megaloceros giganteus) were not hunted though they did appear in the environment. Both species are larger than brown bear. Giant deer is not adapted to a wooded area and thus was rare at the time of the occupation of the site. The cave bear was, however, adapted to a wooded area. The absence of hunting of this type of animals can be attributed to the fact that the animal was even bigger than brown bears and thus even more dangerous to hunt. The brown bear was skinned, as in Biache-Saint-Vaast in France, suggesting that these inhabitants of the site also used the fur of these animals. In forested areas of the Eemian, Neanderthals lived in smaller groups than in colder, open environments, for example in in Biache Saint Vaast ( Dusseldorp, 2009).
Archaeologists from the INRAP (Institut National de Recherches archéologiques preventives) and the CNRS (Centre National de Recherches Scientifiques) have excavated a Neanderthal site  from the Eemian near the river Somme, at Abbéville (Northern France). The bones were found in the Neanderthal camp were from the  aurochs (Bos primigenius), elephant (Palaeoloxodo sp.n) and rhino (Coelodonta antiquitatis). The animals, after hunting, were taken to the site in Caours, where they were cut into segments, and the bones were opened to the bone marrow. This site also demonstrates adaptation to climate change by Neanderthals.

When we look further at this ‘transitional phase’ between the Eemian and the Early Glacial, in general this cannot be considered a rapid process, but has been a slow process ( Borsova, 2005) where the cooling down started already in the mid phase of the Eemian, after pollen zone 4b. Other evidence from this transitional phase comes from Groebern in Germany (Walkling  & Coope, 1996).  
The landscape responded to climate change, by changing water tables, a different pH (storage of calcium in the soil) and less vegetation to hold the water.  In case of lowering temperatures, the rivers responded in different drain patterns, where high energy transport of sediment took place, preventing possible vegetation to develop at the shores. Soil formation stopped, due to lack of bacterial activity. Absence of vegetation caused erosion (glacial erosion) and permafrost soils caused cryoturbation processes.
In these changing landscapes, different vegetation types could develop with a typical corresponding fauna.
If Neanderthals did not migrate, they were forced to change their hunting strategies and this would probably have influenced  their tool making strategies. 

But, after the Eemian, Neanderthals lived  again in a large part of North West and Western Europe in their ‘original’ pre- Eemian habitat  and though  twenty three ‘intervals’ (Dansgaard-Oeschger-cycli) would more or less change the climate of the last glacial , a real warm period would not return for the Neanderthals, till they got extinct, some 40,000 years ago.  

Notes

(1)    See  article in  National Geographic  online:  Neanderthals Died Out 10,000 Years Earlier Than Thought, With Help From Modern Humans
(2)    In time the Riss-Würm and Eemian is almost entirely (but not quite) corresponding. Internationally, the most often used term is Eemian. Other countries have given this period an own local name. Examples are: Ipswichian (England), Thyrrenien (Italy), Mikulino (Russia) Riss-Würm (France)
(3)   See the website Thuis in Brabant, article  and image  of a biface
(4)    Newspaper article Neanderthlaers aten wellicht eikels and Gaudzinski Windheuser, see reference; in Rutten (NL) and Neumark (D) the Eemian has began 5000 years later than the general idea about the beginning of the Eemian, article: Geobrief februari 2014 pp 13 KNGMG
(5)    See also the poster of T. K  Nielsen.
(6)    So far, Neanderthals seem to have lived below the 52 latitude and not farther to the north
(7)    Mixed-  oak forest ; this is a pollen technical term , quercetum mixtum, where the oak ( Quercus sp. ) is accompanied by another dominant  arbor pollon, like birch ( betula sp.) or  ash (Fraxinus  excelsior)

References

Auguste P., Locht  J.-L., Antoine  P. and Limondin-Lozouet N.  (2010) The management of landscape and resources by Neanderthals during the Eemian interglacial in North-West Europe: the Middle Palaeolithic Butchery site of Caours (Abbeville, Somme, France) I CAZ  2010  Conference

Bartoli, F.; Guillet, B., (1977)  A comparative study of phytolith and pollen diagrams of a sandy podzol in the Vosges. Comptes Rendus Hebdomadaires des Seances de l' Academie des Sciences, D 284(5): 353-356

Baumer , C (2012) The History of Central Asia: The Age of the Steppe Warriors; Tauris

Borsova , O. K. (2005)  Vegetation  and climate changes at the Eemian/ Weichselian transition  from the central Russian plain ; Polish Geological Institute Special Papers, 16 (2005): 9–17 Proceedings of the Workshop “Reconstruction of Quaternary palaeoclimate and palaeoenvironments and their abrupt changes” PDF

Brewer S., Guiot J., Sanchez-Goni M.F., Klotz S. (2008) The climate in Europe during the Eemian: a multi-method approach using pollen data, Quaternary Science Reviews, 27, 2303-2315.

Bringmans,P.M.M.A.  (2007) First evidence of Neanderthal presence in Northwest Europe during the Late Saalian ‘Zeifen. – PalArch’s Journal of Archaeology of Northwest Europe 1, 1: 1-15 abstract
De  Beaulieu, J.-L.  &  Reille, M. (1992)  The last climatic cycle at La Grande Pile (Vosges, France) a new pollen profile ; Quaternary Science Reviews Vol.  11, Issue 4, 1992, Pages 431–438

Dusseldorp, G. L.   (2009 ) A view to kill:  investigating Middle Palaeolithic subsistence using an optimal foraging perspective  pp 192-193  publ. Faculty of Archaeology, Leiden University

Egeland, C. P., T. K. Nielsen, M. Byø, P. C. Kjærgaard, N. K. Larsen & F. Riede,( 2013) The taphonomy of fallow deer (Dama dama) skeletons from Denmark and its bearing on the pre-Weichselian occupation  of northern Europe by humans. Archaeological and Anthropological Sciences. DOI 10.1007

Gaudzinski-Windheuser, S. (2013) The Eemian Interglacial lake-landscape at Neumark-Nord (Germany) and its potential for our knowledge of hominin subsistence strategies Quaternary International XXX 2013  1-8

Janssen,  C.R. (1981)  On the reconstruction of past vegetation by pollen analysis: Areview. Proceedings 4th InternationalPalynological Conference Lucknow (1976-77)-3.pp. 163-172.

Shackletona N. J. , Sanchez-GoñI M. F. , Pailler, D. , Lancelot, Y. (2003)  Marine Isotope Substage 5e and the Eemian Interglacial ; Global and Planetary Change 36 (2003) 151 – 155 Sciencedirect

Offermans Heykens, J.  Stapert D. , Johansen, L.  ( 2010)  een Neanderthaler kampement in het Corversbos bij Hilversum (N. H.)  Paleo-Aktueel 21: 2010 Barkhuis

Roebroeks, W. (1988) From find scatters to early Hominid behaviour: A study of Middle Palaeolithic riverside  settlements at Maastricht-Belvédère (The Netherlands). - Analecta Praehistorica Leidensia 21: 1-196.

Sier, M. J. (2013) Neandertals in the forests : a palaeomagnetic study of the Eemian interglacial stage deposits from north-western and central Europe Leiden University Repository  open access

Sier, M. J..; Roebroeks, W.; Dekkers, M.J.; Bakels, C.C.; Gaudzinski-Windheuser, S. (2011) Mismatch between MIS 5ee and the Last Interglacial (Eemian) of Central Europe, Leiden University;  unpublished

Sommé J.. Armelle B.  (1988)  Analyse critique de stratotypes quaternaires. , Bulletin de l'Association française pour l'étude du quaternaire, 1988  vol. 25, n° 4, p. 215.

Velitchko, A.A., Dolukhanov, P.M., Rutter, N.W., Catto, N.R., 1997b. Quaternary of northern Eurasia: late Pleistocene and Holocene landscapes, stratigraphy and environments. Quat. Int. 41r42

Voelker ,  A. H.L.  (2002)  Global distribution of centennial-scale records for Marine Isotope Stage (MIS) 3: a database . Quaternary Science Reviews - Volume 21, Issue 10, May 2002, Pages 1185–1212

Walkling , A. P.  Coope, G. R.  (1996)  Climatic reconstructions from the Eemian/Early Weichselian transition in Central Europe based on the coleopteran record from Groebern, Germany. Boreas, vol. 25, no. 3, pp. 145-159, Sep 1996

Woillard,  G. M.  (1978) Grande Pile peat bog: A continuous pollen record for the last 140,000 years. Quaternary Research Vol.  9, Issue 1, January 1978, Pages 1–21

Wood, D. (2008) Neanderthal biogeographic patterns over the Eemian-Weichselian cycle. PhD thesis, University of York

Zagwijn,W.H., ( 1961) Vegetation, climate and radiocarbon datings in the Late Pleistocene of the Netherlands. Part I: Eemian and Early Weichselian. Mededelingen Geologische Stichting, Nieuwe Serie 14: 15-45

Further information on the web /Pour plus d'informations sur le web

Arbannig ( 2009-2010)  Compilation of slides ( images and text)  from presentations  about vegetation history and archaeobotany. Mainly   based on the work of Janssen and Bunnik, see references in the slideshow.  Several conferences for the Natuurhistorisch Genootschap Limburg in Maastricht (NL) (2009) and the Rheinisch-Westfaelische Technische Hochschule in Aachen (D) in 2010 / ( 2009-2010)  PPT download (English text) 
(2009-2010) Compilation des diapositives (images et texte) des présentations sur l'histoire de la végétation et l'archéobotanique. Principalement basé sur les travaux de Janssen et Bunnik, voir les références dans le diaporama. Plusieurs conférences pour la Natuurhistorisch Genootschap Limbourg à Maastricht (NL) (2009) et la Rheinisch-Westfaelische Technische Hochschule Aix la Chapelle (Allemagne) en 2010 télécharger PPT télécharge (Textes en Anglais)

Arbannig  Histoire de la végétation / Périodes glaciaires Limbourg Sud ( en Francais) PPT

Sirocko, F.  Claussen, M.  Sanchez-Goni M.F. (2006)  The Climate of Past Interglacials; Elsevier

Seiriene , V. & Kondratiene, O.  (2005) Vegetation and climate changes during Merkine interglacial (Eemian) in Lithuania ; Polish Geological Institute Special Papers, 16 (2005): 103–108 Proceedings of the Workshop “Reconstruction of Quaternary palaeoclimate PDF download

Sea boundaries of The Netherlands in the Eemian:  image
Frontières maritimes des Pays-Bas dans le Éémien

Impression of landscape of Eemian and animals  at IJstijd net image
Impression de paysage de Éémien et animaux au IJstijd net

Images of  excavation of a Middle Palaeolithic butchery location of Caours (F)  by INRAP France

Arbannig article regional chronology  (English/ Anglais)
Aggbach's paleolithic blog Acheulian sites of Northern France   (English/ Anglais)

Vidéo  Caours - Néandertal s'invite à l'Eémien INRAP’nterviews de Jean-Luc Locht, archéologue responsable d'opération de l'Inrap, Pierre Antoine, géologue au CNRS et Patrick Auguste, archéozoologue du CNRS.  Durée 4 :46 
============================================================
              Texte  avec  notes, numérotés dans le texte; les références se trouvent ci -dessus.

Néandertaliens vivaient dans les périodes glaciaires et ils se sont éteintes pendant la glacial- environ 40,000 kya (pendant MIS 3, ca. 59-25 ka BP) (1).
Le Éémien a été défini au MIS 5e (5e étape Maine Isotope Stage, isotopique marin) (Zagwijn,1961). Espèces  de foraminifères correspondantes dans les recherches au Portugal pour cette période, ont été établies et est maintenant généralement accepté pour l'Europe, à l'exception des parties de l'Europe centrale (Sier et al., 2011; inédites).
Pour un total de 183 sites, des informations détaillées sur leur situation géographique, les données indirectes disponibles, et les conditions climatiques «moyens» pendant les phases interstadiaires et stadiaires de soi-disant "Dansgaard-Oeschger - cycles" sont présentés. Enregistrements marins sont les plus abondantes avec près de deux fois autant de sites de carottes de glace et des sites terrestres réunis. (Voelker, 2002). C'est pourquoi dans cet article MIS est utilisé à la place de l'OIS.

La  tolérance de Néandertaliens de l'environnement ait été assez grand pour survivre aux conditions interglaciaires de l'interglaciaire Eémien (2), une période d'environ 10.000 ans de réchauffement graduel et de refroidissement, comme nous définissons pendant les Eémien dix «zones de pollen» différents, où la position stratigraphique pendant ce temps correspond à un type de changement de végétation - presque continue.
Au cours de l'Eémien (correspondant à pollenzone E5, Zagwijn, 1961), les températures moyennes augmentaient jusqu'à 2 degrés Celsius plus élevée par rapport à la période interglaciaire actuelle (holocène), et par exemple les espèces de grands mammifères comme les hippopotames vivaient dans les régions ouest et nord-ouest du Rhin, dans le nord ouest de l'Europe.
Le point culminant  a été formé par les feuillus, quelque part entre 122 et 119 kya , donc pour une période d'environ 3000 ans. 
Comment ont les Néandertaliens s'adapter à ces changements environnementaux, où la végétation de steppe a changé pendant plus de 3000 ans dans la forêt,  alors une végétation dense avec des températures beaucoup plus élevées? Et si ils ne pouvaient pas s'adapter dans les régions couvertes de forêts denses, où sont-ils allés?

Sur les sites de plein air, comme Veldwezelt- Heezewater en Belgique et Maastricht -Belvédère aux Pays-Bas la présence de l'homme de Néandertal a été  établi pour la période avant MIS5,  (fin MIS 6.01, Zeifen interstadiaire, ca 133 ka). Puis, après l' Eémien, la présence de Neandertal sur le site Veldwezelt vient du début du Pléniglaciaire, au cours de la interstadiaire Odderade à 85 ka.
Des preuves de leur présence par d'outils néandertaliens ( technique Levallois, bifaces) de l'Eémien est connu par les pays nord-occidentaux, dont les Pays-Bas, où les outils ont été trouvés en particulier dans la région de Limburg centrale de la région de Peel et Venray (3) et des endroits comme les Corversbos en Noord-Holland, la dernière établie par des découvertes de surface (Offermans - Heykens et al., 2010). 
Certains éléments de preuve sur les Néandertaliens dans l'évolution des types de végétation comme les forêts de feuillus, vient de lieux dépeçage, comme Caours en France (Auguste et al., 2010), Maastricht Belvedere aux Pays-Bas (Roebroeks 1988), Abeville à la Somme en France, Taubach dans Thüringen en Allemagne(Dusseldorp, 2009), et le site de Rutten (Pays-Bas), où des ossements d'animaux, comme  de cerfs fermés, comme le rhinocéros, des aurochs, des chevaux, ont été retrouvés sur les sites d'un paysage semi-ouvert du Paléolithique moyen.

Dans Neumark, au sud de la ville de Leipzig en Allemagne, professeur Roebroeks a suggéré, basé sur une campagne de fouilles de cinq ans, les Néandertaliens vivaient ici entre 123 - 110 kya à coté d'un lac (Gaudzinski-Windheuser, 2013) où ils avaient recueilli et consommé des glands... 
Mais la principale suggestion qu'il a fait est, les Néandertaliens ont survécu dans des paysages de type plus ouvert, dans un environnement plus loin encore sensiblement fermé (4). Shackletona et al. imaginer un paysage plus ouvert pour le Éémien où le paysage reste partiellement ouvert par le pâturage de grands animaux comme les rhinocéros et hippopotames, (à l'ouest du Rhin) et par exemple par les incendies et les inondations périodiques. (Shackletona et al., 2003). 
Il est probable de croire, les Néandertaliens ont émigré vers les régions plus tempérées d'Europe du Nord, mais que la Suède et la Norvège ont été séparés par une grande mer en raison de la hausse du niveau des mers ( a plus de 120 m. entraînant une péninsule pour le Scandinavie) ils ne seraont pas allés aussi loin que le Danemark. Cependant, jusqu'à présent, aucune trace de l'homme de Néandertal se trouvent au Danemark (Egeland et al. 2013) (5).
Les Néandertaliens pourraient également ont migré vers le nord-est de l'Europe dans la Baltique et plus au nord en Sibérie méridionale et en Asie (Baumer, 2012) (6) 
Une autre possibilité pourrait  que  l'homme de Neandertal a dispersé dans des zones de  refuge approprié, comme dans les hautes terres ou les zones de montagne d'Europe centrale (Vosges, Alpes,) avec d'importantes températures annuelles plus faibles et un type de végétation différente, soit  plus ouverte, ou ils ont suivi, par exemple, le Danube à son bouche et a suivi les plaines de l'Est de la Moldavie dans le plan eurasien. D'un refuge, ils auraient pu dispersés dans les autres zones où les conditions environnementales ont été optimisés pour eux.

Pour obtenir une vue de la situation de l'environnement et surtout la végétation d'une grande région, telles que les régions du Nord de la France et Sud de la Belgique, l'axiome est  que les diagrammes de pollen donnent une image de la distribution de pollen régionale plutôt que modèle de distribution de pollen locale. C'est probablement le cas lorsque nous traitons avec les grandes forêts - types, en cas de composition unilatérale ou dans la composition des types de végétation connus. La type de forêt interglaciaire  affiche une légère vue différent dans les régions plus au sud, (tel que le Midi de France)  de sorte que les zones sera diachronique ( en plus, le climat au cours de la glaciaire était plus ou moins le même pour une grande partie du Nord-ouest de l'Europe, comme la côte de la mer a été placé sur la côte ouest irlandaise actuelle.)  
Outre la position géologique dans les régions plus au sud, où le réchauffement a été relativement plus facile, d'autres facteurs entrent en jeu, tels que l'altitude, les conditions de sol et par exemple la position d'une montagne au sud (côté  du soleil). Les types de forêts dans les plaines et les hauts plateaux sont également différents, de sorte que la corrélation dans les zones de pollen est biaisé. 
Néanmoins la grande image pour une grande région est la même, où par exemple phénomènes tels que le pergélisol, les processus de déforestation ont été similaires; le pergélisol pendant les grandes parties de la Weichselien a commencé près de la  couverture de glace scandinave et atteint au sud  la proximité de Bordeaux en France.
Le point de vue de la période de la phase de transition entre la fin de l'Eémien (MIS 5a) et la première phase de début glaciaire (MIS 4) est basée sur la mesure des isotopes de l'oxygène à la fois à terre et en mer. Dans un modèle climatique hypothétique, avant le départ de la MIS 4 avec la baisse des températures, nous voyons un augmentation d'anticyclones au sud de la mer de Laptev, en Russie; conduisant à courants de surface du sud à sud-est au cours de cette mer dans la direction de Severnaya Semlya (= la Nouvelle- Zemble), provoquant une grande influence sur le renforcement de l'humidité et un excédent de précipitations dans la mer de Kara adjacent, où un glacier a fait se construire lui-même. Cela s'est produit après MIS7, pendant MIS6 et après MIS5 dans la transition vers MIS 4 (Voir par exemple Velitschko 1997). 
Le refroidissement du climat est bien visible dans les diagrammes polliniques, montrant le changement climatique a déjà commencé dans les dernières phases de l'Eémien, (pollen zones E6b et EW1a) où dans la zone E6b l'aulne (Alnus glutinosa), le charme (Carpinus sp.) et de chêne (Quercus sp.) diminue dans le nombre total (par rapport à d'autres espèces) comparé avec  la zone de pollen E6a précédente, où ils se produisent toujours.Une image sur l'aspect général de la végétation au steppes glaciaires est présenté ci-dessous, basée sur de diagrammes polliniques de Russie, les Pays Bas et Roumanie.

La phase de pollen E6b se caractérise par des forêts comprenant des espèces comme le bouleau (Betula sp.) , le pin (Pinus sylvestris), et l'épicéa (Abies sp.), Comme une réponse visible à l'évolution du climat, les températures particulièrement à abaisser, ce qui est la raison différentes d'espèces d'arbres ne sont pas en fleur. 



En phase de pollen EW1a ( soit Glacial,, EW= Early Weichselien) nous entrons dans la phase stadiaire de Weichselien précoce, correspondant à une date relative d'environ 115 kya; la réponse de la végétation au changement climatique est directement visible. 
C'est la phase d'un paysage  'parc subarctique', où l'on trouve des bouleaux (Betula sp.), les herbes ( Poaceae sp.) ainsi que beaucoup de bruyère (Calluna), le pin (Pinus sylvestris) et le bouleau (Betula sp.). La terre de bruyère est dirigée vers un climat qui pourrait être déjà beaucoup plus froid, mais doit tout de même été relativement humide, donc avec une grande quantité de précipitations annuelles. Mêmes indications ont été trouvées dans les Vosges, dans la phase de transition entre l'Eémien et le glacial précoce. Le cœur d'un diagramme pollinique de La Grande Pile (GP XX), a été établi que la fin de l'Eémien a été marquée par un changement climatique mineur; De plus, les espèces de bruyères pointe - du genre Erica  (Bruckenthalia.sp ) et le mélèze (Larix sp.). ont été identifiés pour la première fois à La Grande Pile (De Beaulieu & Reille, 1992). 
Une séquence de pollen continu important pour les 140.000 dernières années provient de cette précédente susmentionné Grande Pile tourbière dans les Vosges du Sud. Cette situation démontre un cycle complet glaciaire-interglaciaires qui est comparable à  des séquences de pollen de Sud-Limbourg (Janssen, 1981) et est situé non loin des strato -types Riss-Würm (Somme, 1988). 
Dans la transition entre MIS 5e et stade 4, il a été remarqué de La Grande Pile, deux intervalles de type interglaciaire (dans le sens de palynologie) ont eu lieu juste après l'Eémien: Saint-Germain I et Saint-Germain II. 
Dans les intervalles de type interglaciaires (!)  la partie de la forêt mixte de chêne (7) est relativement élevé par rapport à d'autres périodes. Ces deux périodes qui doit avoir été beaucoup plus chaud, ont été séparées par deux phases très froides, des périodes glaciaires, nommés Melisey I et  Melisey II conforme leur type localisation(voir Woillard, 1978) probablement liée à la chronologie de Frenzel (voir Frenzel, 1994). 
Cela signifie, le changement climatique a été passé rapidement, où une réponse rapide de la végétation est visible dans les dossiers de pollen. Un exemple d'un tel changement  rapide dans la végétation entre inter-stadiaires et stadières est visible dans l'image ci-dessous. 




L'assemblage de l'ossements de la -site Taubach en Allemagne (datée de MIS5e) est dominé par des ours bruns (Ursus arctos)(26%) et Rhino de Merck (21%), suivis par les bisons (Bison priscus) (9%), et le castor (Castor fiber) (5%). 
D'autres proies étaient l'éléphant de forêt, cerfs, géant, le cerf, le cheval, le sanglier et les prédateurs tels que le lion, ours des cavernes, hyène, le léopard et le lynx. 
L'ours des cavernes (Ursus spelaeus ) et le cerf géant (Megaloceros giganteus) n'ont pas été chassé si elles n'ont pas dans l'environnement. Les deux espèces sont plus grandes que l'ours brun. Cerfs géants ne sont pas adaptés à une zone boisée et donc était rare à l'époque de l'occupation du site. L'ours des cavernes a été, cependant, adapté à une zone boisée. L'absence de la chasse de ce type d'animaux peut être attribué au fait que l'animal était encore plus grand que l'ours brun et donc encore plus dangereux à chasser. L'ours brun a été dépouillé, comme  au site de  Biache-Saint-Vaast en France, ce qui suggère que ces habitants du site ont également utilisé la fourrure de ces animaux. Dans les zones forestières de l'Eémien, les Néandertaliens vivaient en groupes plus petits que dans les environnements ouverts plus froids, par exemple dans de Biache Saint Vaast (Dusseldorp, 2009). 
Les archéologues franco - belges de l'INRAP (l'Institut National de Recherches Archéologiques préventives) et le CNRS (Centre National de Recherches Scientifiques) ont fouillé un site néandertalien de la Éémien près de la rivière Somme, à Abbeville (nord de la France). Les os ont été trouvés dans le camp de Neandertal étaient des aurochs (Bos primigenius), éléphant (Palaeoloxodo sp.) et rhinocéros (Coelodonta Antiquitatis). Les animaux, après la chasse, ont été prises sur le site de Caours, où ils ont été découpés en segments, et les os ont été ouverts à la moelle osseuse. Ce site démontre également l'adaptation au changement climatique par les Néandertaliens.
Lorsque nous examinons plus en détail cette «phase de transition» entre l'Eémien et le glaciaire précoce, en général, contrairement aux renseignements de La Grande Pile aux Vosges,  cela ne peut pas être considérée comme un processus rapide, mais a été un processus lent (Borsova, 2005) où le refroidissement ont déjà commencé dans le milieu de phase de l'Eémien, après la zone de pollen 4b. Autre preuve de cette phase de transition vient de Groebern en Allemagne (Walkling & Coope, 1996). 
Le paysage a répondu au changement climatique, en modifiant les nappes phréatiques, un pH différent (de stockage du calcium dans le sol) et moins de végétation pour retenir l'eau. En cas de températures en baisse, les rivières ont répondu dans différents modèles d'écoulement, où le transport de l'énergie  élevé de sédiments a eu lieu, ce qui empêche la végétation possible de développer sur les rives ( voir aussi l'image ci - dessous).. La formation du sol' a arrêter,, en raison de l'absence de l'activité bactérienne. Absence de végétation a entraîné une érosion (érosion glaciaire typique) et le pergélisol causé des processus de cryoturbation.




Dans ces paysages changeants, différents types de végétation peuvent se développer avec une faune typique correspondante.
Si l'homme de Neandertal ne migraient pas, ils ont été contraints de changer leurs stratégies de vivre, notamment  de la chasse et ce serait probablement  influencé leurs stratégies de fabrication d'outils.

Après l'Eémien, les Néandertaliens vivaient encore dans une grande partie du Nord-Ouest et Europe de l'Ouest dans leur habitat Éémien avant «original» et que vingt-trois «intervalles» (Dansgaard-Oeschger-cycli) serait plus ou moins changer le climat de la dernière, une véritable période d'échauffement glaciaire ne reviendrait pas pour l'homme de Néandertal, jusqu'à ce qu'ils se sont éteintes, il y a environ 40.000 ans.


Notes
(1) voir l'article dans le National Geographic en ligne: les Néandertaliens disparu 10.000 ans plus tôt que la pensée, avec l'aide de l'Homme moderne  (texte en Anglais)
(2) Dans le temps Riss-Würm et Éémien est presque entièrement (mais pas tout à fait) correspondant. Sur le plan international, le terme le plus souvent utilisé est Éémien. D'autres pays ont donné à cette période un nom local propre. Exemples: Ipswichian (Angleterre), Thyrrenien (Italie), Mikulino (Russie) Riss-Würm (France)
(3) voir le site néerlandais  Thuis in Brabant, l'article et l'image d'un biface 
(4) Article de journal néerlandais de Néanderthalers aten wellicht eikels  (article en Néerlandais de l'Université Leiden) et Gadzinski Windheuser, voir par référence
(5) Voir aussi l'affiche de T. K Nielsen. (en Anglais)
(6) Jusqu'à présent, les Néandertaliens semblent avoir vécu en dessous de la latitude 52 et pas plus au nord
(7) forêt de chênes mixtes; c'est un terme de pollen technique, Quercetum mixtum, où le chêne (Quercus sp.) est accompagné d'un autre pollen de l'arbre dominant, comme le bouleau (Betula sp.) ou frêne (Fraxinus excelsior)

Pour les références voir au dessous du texte anglais.


                                              Chronologie régionale des périodes glaciaires

References chronologie régionale

Hans Vandendriessche; Klimaat, landschap en lithische productie in het vroege Midden-Paleolithicum van Noordwest-Europa- PDF 2009, Thesis 

NJG 2006/ 85-1 G. Kuhlmann et al.  Integrated chronostratigraphy of the Pliocene-Pleistocene interval and its relation to the regional stratigraphical stages in thesouthern North Sea region - article

Drees,M; An evaluation of the Cromerian complex period of The Netherlands -PDFPalArch 2004

G.J. Kukla; Pleistocene land—sea correlations I. Europe, Earth- Science Reviews 13- 4 1997

Frank Preusser and Markus Fiebig.;  European Middle Pleistocene loess chronostratigraphy: Some considerations based on evidence from the Wels site, AustriaQuat Int 198 :37-45 (2009)

Simon A. Parfitt et al. The earliest record of human activity in Northern Europe -PDF,Nature,438/ 15  2005

D. Edelman, De leeftijd van het Belvedèrien - article


All rights reserved. The author takes no responsibility for any misinterpretation by errors from the translation into English and/ or French.
Tous les droits sont réservés. L'auteur décline toute responsabilité pour toute erreur d'interprétation par des erreurs de la traduction en anglais et / ou français.

No comments:

Post a Comment