2013-05-20

Réflexions sur les dimensions des armatures de flèches /Reflections on the size of arrowpoints


RÉFLEXIONS SUR LES DIMENSIONS DES ARMATURES DE FLÈCHES (SECTEUR MOSELLE NORD-OUEST)
                             par J.-Y. Ringenbach
 ===============================================
English text, in italic: scroll down s.v.p.
 ===============================================
LA PART DES ARMATURES DE FAIBLE DIMENSION
147 flèches sont représentées, couvrant différentes périodes du néolithique, 19 armatures mésolithiques, et une petite armature corse pour comparaison
Toutes les armatures ont été trouvées lors de prospections de surface sur différents sites de l’ouest de Thionville et proviennent d’une seule “collection”
Bien que ce soit déjà un nombre assez conséquent, il est à noter que cela représente l’équivalent d’une quarantaine d’années de recherches pédestres
Les armatures brisées n’ont pas été prises en considération, car on ne peut faire qu’une estimation des dimensions
La Moselle du nord-ouest est à un carrefour d’influences, aussi bien pour l’approvisionnement en matières premières que pour les échanges culturels. La Meuse qui naît au plateau de Langres et se jette dans la mer du Nord est un élément de coordination incontournable pour les populations du mésolithique et du néolithique. Ce couloir semble exister depuis le paléolithique moyen
* La première constation est la très faible part des armatures tranchantes
* Le mésolithique n’est apparemment pas le champion indétrônable de la petitesse. Si la majorité des armatures surtout au mésolithique final tourne aux alentours du centimètre et demi , il ne faut pas oublier que les pointes ne sont que la dernière pièce d’éléments composites
Toutes les armatures néolithiques entre 1 cm et 2 cm ne sont pas présentes sur la photo, mais elles représentent quand même un bon quota dans la série, On peut remarquer la faible représentation des armatures triangulaires. Les armatures pédonculées sont assez nombreuses, mais également les armatures à ailerons et pédoncule de type néo final et campaniforme . La palme de la petitesse revient quand même à l’armature corse de la troisième rangée à partir du bas à gauche, inclue pour la comparaison. 41 pièces peuvent être dénombrées, mais beaucoup sont proches de 2 cm
* La plus belle part revient aux armatures entre 2 et 3 cm ( 52 armatures ). Les armatures entre 3 et 4 cm ne sont pas rares non plus ( 29 armatures), celles dépassant 4 et 5 cm ( 9 armatures ). La deuxième lignée à partir du bas représente les armatures de type danubien ( 16 armatures )

LES DIMENSIONS DES ARMATURES : LES QUESTIONS
Parmi les armatures mésolithiques, peu sont des armatures isolées. La présence de nucléus indique un débitage sur place de supports lamellaires. Beaucoup d’armatures dont la base est brisée ou la pointe laissent sous-entendre qu’on en débarrassait les hampes et qu’on les remplaçait par de nouvelles. Les mésolithiques étant encore plus ou moins nomades, cela laisse à supposer que bien des armatures présentes sur un site proviennent d’ailleurs, et bien des armatures produites sur place partent ailleurs. Les pièces standardisées peuvent aussi bien servir comme pointes perçantes, tranchantes ou barbelures. Il n’est pas nécessaire de produire des pièces de grandes dimensions, d’autant plus que la plupart des lamelles ne le permettraient pas. 3

Au néolithique les armatures de faibles dimensions subsistent, mais avec le Michelsberg les grandes armatures sont plus fréquentes. Si le néolithique ancien, de type danubien est bien présent dans les vallées comme celle de la Moselle, au fur à mesure qu’on s’en éloigne les sites deviennent plus diffus, et sur les plateaux il se résume à la présence d’armatures isolées. Les armatures , s’inspirant encore des modèles trapézoïdaux mésolithiques commencent à augmenter en taille, mais certaines restent de petites dimensions. Le néolithique moyen est mal connu et peut être représenté par quelques armatures tranchantes entre 2 et 3 cm
Au néolithique final et à l’âge du bronze, le nombre et le type d’armatures augmente. Certaines armatures triangulaires peuvent être attribuées au Michelsberg. La fréquence des armatures de grandes dimensions est plus importante. Ont-elles été utilisées pour la chasse au gros gibier , la guerre, ou accompagner une sépulture, sont-elles des objets d’échanges ou de prestige, la marque du guerrier, les trouvailles de surface ne permettent pas de le dire. On ne peut s’appuyer non plus sur la présence de mégalithes, lieux de dépôts collectifs pour les défunts, ceux-ci ayant soit disparu depuis longtemps ou tout simplement pas existé. On observe une plus grande variété de patines pour les armatures de flèches que pour les outils de fond commun et les supports luminaires importés
Quelle que soit sa dimension, n’importe quelle armature est susceptible de servir à la chasse ou occasionnellement à se défendre. On ne sait rien sur les types d’arcs utilisés dans la région  mais on peut toutefois se référer à ceux découverts en milieu humide des lacs du Jura ou de Suisse, ainsi que sur celui d’Ötzi. On ne peut pas non plus qualifier que les armatures parfaites, d’armatures utilisables et le reste d’ébauches ou de rébus  Certaines sont fines, d’autres sont épaisses, et le poids varie beaucoup. Quelle était la technique utilisée par l’archer pour adapter l’armature à la hampe en tenant compte de ses dimensions, son poids, sa forme, était-ce du parfait comme on l’imagine techniquement avec le matériel actuel d’archerie, ou du système D? La seule réponse qu’on peut donner est le nombre d’armatures collectées de tous types, et surtout une bonne partie portant des impacts dus à des chocs. L’autre réponse possible est une question de vie ou de survie pour l’archer, c’est à dire , manger, et à certaines occasions pouvoir tuer avant d’être tué, ceci constituant un facteur motivant pour la réalisation de son matériel, face à nos conceptions d’homme actuel, sûr de ses bouquins et de sa culture.
Et maintenant quelle position apporter face aux armatures minuscules qui ne sont quand même pas exceptionnelles en fréquence. Faut-il adopter la réponse de ma fille : c’est une armature pour tuer des souris , ou bien que ce sont des essais ou des réalisations d’enfants. Il est sûr que comme durant toutes les périodes de la préhistoire, les enfants ont reçu un apprentissage de la part de leurs aînés, il n’est cependant pas prudent de leur attribuer toutes ces réalisations. Si des armatures se résument à une simple mise en forme, d’autres sont aussi bien retouchées et soignées que des grandes. En tant que non initié, et donc aussi maladroit voire plus qu’un enfant néolithique, je préférerais m’attaquer plutôt à un grand support qu’à un petit surtout à la pression. Une des réponses serait donc, à chaque gibier sa pointe, mais qu’à défaut d’autre chose, les mésolithiques ont bien su s’en tirer avec de petites pointes. 





Image:  De bas en haut
Première rangée : armatures mésolithiques
Deuxième rangée : armatures de type danubien
Troisième et quatrième rangées : armatures entre 1 et 2 cm – première armature à gauche de la troisième rangée, armature corse
Cinquième, sixième et septième rangées : armatures entre 2 et 3 cm
Septième et huitième rangée ( sauf trois dernières à droite ) armatures entre 3 et 4 cm
3 dernières de la huitième rangée et dernière rangée : armatures de plus de 4 cm

Pour les images d' armatures en détail , voir  en bas de la page


English text: 
(translation L. J. Groen)

About  arrow points with small dimensions
147 arrow points are represented, covering different periods of the Neolithic and  Mesolithic 19 points and a small Corsican point for comparison.
All points were found during surveys on different surface sites west of the French city of  Thionville and are from a single "collection".
Although this is already a fairly substantial number, it should be remembered that this is the equivalent of forty years of research trails.
Broken points have not been taken into account, because you cannot make an estimate of the original dimensions.
The northwestern region of the Moselle is at a crossroads of influences, both for the supply of raw materials for cultural exchanges. The Meuse has its main sources at the Langres plateau and is flowing into the North Sea, being an essential element of coordination for the people of Mesolithic and Neolithic. This passage seems to be important ever since the Middle Paleolithic.
*  At first we notice the very small proportion of sharp points
*  The Mesolithic is apparently not the invincible champion of smallness. If the majority of points especially from the final Mesolithic turn around the centimeter and a half, do not forget that the tips are just the latest piece of composed elements
*  All Neolithic points between 1cm and 2 cm are not present in the photo, but they are still a good quota in the series, can notice the low representation of triangular points. The hafted (stemmed) points are quite numerous, but these are also types of the Middle till final Neolithic and related “Beaker – culture” types.
The palm of the small amounts still to Corsican frame of the third row from the bottom left, included for comparison. 41 pieces can be counted, but many are close to 2 cm
*  The best part is for the points between 2 and 3 cm (52 ​​points). Points between 3 and 4 cm are not rare (29 points), those exceeding 4 and 5 cm (9 points). The second line from the bottom of the plates is showing such Danubian point types (16 points)

Dimensions of the points: questions 
Among the Mesolithic points, no points are isolated finds. The presence of nucleus at the find locations,  indicates a lamellartool- production at the  site. Many points whose base is broken or bent connote they are replaced by new ones. As the Mesolithic hunter- gatherers, were more or less nomadic, assuming that leaves many points present on a site from elsewhere, and many locally produced points were going elsewhere. Standardized parts can also have served as piercing spikes, or sharp barbs. It is not necessary to produce large parts, especially since most of the strips would not allow it.

During the Neolithic the small size points remain, but with the arrival of the Michelsberg large points are more frequent. If the Neolithic of the Danubian type is indeed present in the valleys like the Moselle, and as one moves away, the sites become more diffuse, and at the plateaus it boils down to the presence of only isolated finds.
Points, still inspired by Mesolithic trapezoidal models begin to increase in size, but some remain small. The Middle Neolithic is well known ( in Lorraine) and can be represented by a few sharp points between 2 and 3 cm

During the Neolithic and the Bronze Age, the number and type of arrow-points increases. Some triangular points can be attributed to Michelsberg -culture.
The frequency of points of large dimensions is higher. They were used for big game hunting, war, or were accompanying a burial, they were objects of trade or prestige, brand warrior, but surface- finds  does not allow us to determine its use. We cannot rely on either the presence of megaliths, places of collective deposits for the dead, they have either long gone or just not exist. A greater variety of patinas observed for arrowheads for tools common background and imported media fixtures
Whatever its size, any point might have been  be used for hunting or occasionally to defend. Nothing is known about the types of bows used in the area, however we can refer also to those found in wetlands  and  lakes of  the Jura and  in Switzerland, as well as that of Ötzi. 
We cannot qualify them as perfect points, rebar and used the rest of blanks or junk. Some are thin, some are thick, and weight varies widely. What was the technique used by the archer to adjust the frame to the stem, taking into account its size, weight, shape, was it the perfect technically as we imagine with the current archery equipment, or System D? 
The only answer we can give is about the number of all kinds of points and  additionally  about  a lot of bearing impacts due to shocks. 
The other possible answer is a matter of life or survival for the archer, i.e, eating, and on some occasions to kill before being killed, this being a motivating factor for the realization of its material, meet our current man, sure of his books and culture designs.
And now what about  the position of  tiny points, that are still not exceptional frequent occurring.
Should there be the answer, it is a point to kill mice, or that they were testing or achievements of children.
It is certain that as in all periods of prehistory, the children were learning from their elders, it is however not advisable to assign all these achievements. If points are summarized in a simple format, others are both touched and treated as major.
As a layman, and therefore even more awkward than a Neolithic child, I'd rather attack me great support especially to a small pressure. One answer would be, every game type got its own type of  tip, but only if nothing else, the Mesolithic were well able to deal with small points. 




Image above: From bottom to top
First row:  Mesolithic points
Second row: points of the  Danubian type ( Early Neolithic)
Third and fourth rows: points between 1 and 2 cm - first point to the left of the third row, Corsican point
Fifth, sixth and seventh rows: points ranging  in size between 2 and 3 cm
Seventh and eighth row (except the last three right) points ranging  in size between 3 and 4 cm
3 of the last row and eighth row: points with dimensions of more than 4 cm long

For  close-up images please see bottom of this page

Internet:

 Karen Anne Okstad ( 2013)  article:

A flair for imperfection: finding children in the Mesolithic?


Images en détail  / Close up images

 flèches 4 cm et plus / arrow points of 4 cm and more 





flèches entre 1 et 2 cm / arrow points between 1 and 2 cm









flèches entre 2 et 3 cm / arrow points between 2 and 3 cm
















flèches entre 3 et 4 cm / arrow points between 3 and 4 cm










armatures mésolithiques / mesolithic weaponery










armatures  
tradition danubienne / arrow points in the Danubian tradition





Toutes les images par J. Y. Ringenbach / All images by J. Y. Ringenbach


No comments:

Post a Comment