2013-04-24

Acheulean type tools from the Pleistocene river bank south of Maastricht (NL) / Galets amenagés de la rive Pléistocène, sud de Maastricht (NL)

----------------------------------------------------------------L.Jimmy Groen, 2013---------------------------
Texte intégré en Francais


Introduction 
This a brief article about some Acheulean type tools ( pebble tools) found south of the Dutch city of Maastricht.
In this region, located southto south west of Maastricht, we find a part of the Middle- Upper Pleistocene Romont  terrace [ base at + 109 m. a.s.l.] ( Juvigné & Renard, 1992, Juvigné et al., 2008) , at an altitude of ca 115  m . a.s.l.  where Pleistocene gravel deposits are exposed at an eroded surface ( see image below).
This terrace is a part of the Sterksel -formation, and is corresponding with the Eben -St. Geertruid terrace with an estimated age of 890 kya. (Harmand (1989). Pissart (1961, 1997). Clairbois (1958), Juvigné (1992)  and  Felder et al. ( 1989)).
 The finds were located  at the surface of a field with GPS -coordinates  N 50 48.418, E 5 41.115, where Late -Pleistocene loess deposits were eroded downhill.
At this field, coded PLC ( visited annual between 2006-2011), a corresponding stratigraphy was noticed  in the horizontal spread of gravels in the field, compared and more or less corresponding  with a vertical stratigraphy in a former small quarry, some 50 meters to the north. The location of large boulders from a high energy load of the river could spread some light on the position of the gravel in the field, as these boulders appeared at the surface after plowing.
This only gives an indication about the original location of  single finds,  it is e.g. unlikely an artifact, found at the surface would have moved  uphill by itself, so its position in the field can only be determined in a horizontally matter.  In case the location of the finds is corresponding to the visible uneroded horizon in the field, the artifacts come from a horizon from the St. Pietersberg terrace ( base at + 112 m. a.s.l.) , that was overlying the Romont  terrace.
It is important to recognnize finds with features  from possible Lower- Palaeolithic contexts at Pleistocene riverterraces, sinc they could point us to possible locations for further investigations in the wider area.

Ceci c'est un article en bref sur certains outils de type acheuléen (outils sur galets) qui ont été trouvés au sud de la ville néerlandaise de Maastricht.
Dans cette région, au sud de Maastricht, on trouve une partie de la terrasse de Romont du  Pléistocène Moyen- supérieur  [base à + 109 m. Niveau de la mer ] (Juvigné et Renard, 1992 Juvigné et al., 2008), à une altitude d'environ + 115 m.Niveau de la mer des dépôts de gravier pléistocène sont exposés à une surface érodée (voir image ci-dessous).
Cette terrasse est une partie de la formation de Sterksel, et correspond bien à la terrasse Eben-St. Geertruid avec un âge estimé à 890.000 BP. (Harmand (1989). Pissart (1961, 1997). Clairbois (1958), Juvigné (1992) et Felder et al. (1989)).
Les découvertes ont été localisés à la surface ( période  2006-2011) d'un champ avec coordonnées GPS: N 50 48.418, E 5 41.115, où les dépôts de loess du Pléistocène tardif ont été érodés .
A ce champ, codé PLC, une stratigraphie correspondant a été remarqué dans la diffusion horizontale de graviers sur le terrain, par rapport et correspondant plus ou moins à une stratigraphie verticale dans une ancienne petite carrière, à environ 50 mètres au nord. Des grosses pierres sur le terrain correspondent avec les grosses pierres dans le stratigraphie.
Cela ne donne une indication sur l'emplacement d'origine de trouvailles isolés, il est par exemple peu probable un artéfact, trouvé à la surface se serait déplacé vers le haut par lui-même. Il est dommage que des rapports officiels des outils de type acheuléens dans les Pays-Bas ( NL + B) ne sont pas (être) reconnus. 
 
 

 Fig. 1: simplified model of the field, with the parts PLC-A and PLC B- / BB at Visé Caster ( Dutch: Caestert) , compared with a local vertical stratigraphy in a pit at only 50 meters north from the field. The Romont terrace is located  at + 108 a.s.l. so the finds must originate from an older terrace, at a position of + 115 m. a.s.l. The loess cover at this location ( PLC-BB ) would have been originally positioned at the dotted line in the picture, but has eroded completely, partially a part of the loess cover has moved because of the construction of the Albert Canal.

Fig. 1: Modèle du champ simplifié, avec les parties PLC-A et PLC -B/ BB, comparativement à une stratigraphie verticale locale dans un puits à seulement 50 mètres au nord du terrain. La terrasse Romont se trouve + 108 a.s.l. de sorte que les découvertes doivent provenir d'une terrasse plus ancienne , à une position de + 115 m. a.s.l.  La couverture de loess à cet endroit (PLC-BB) aurait été à l'origine positionné à la ligne pointillée dans l'image, mais a érodé complètement, partiellement une partie de la couverture de loess s'est déplacée en raison de la construction du Canal Albert.






Fig 2. Model of the field with the location of the find spot, above the upper part of the original Romont terrace. Tools were found at ca + 115 m. a.s.l.
Figure 2. Modèle de site PLC,  de la localisation de trouvaille, au-dessus de la partie supérieure de la terrasse Romont originale. Des outils ont été trouvés à environ + 115 m. au dessus de la niveau de la mer.

The artifacts
The found pebble tools comprise a bifacial chopping tool, a ( broken) chopper, a pyramidal pick and a biface. The chopping tool and the biface are made of quartz, the chopper and pick  of a fine grained quartzite.
The bifacial tool has two blows at one side, one blow at the other side and the artifact has an overall patina, covering the whole surface. This is giving the blows a shiny, glossy appearance.
The chopper, that has been broken, still shows two intact blows , and where it is laterally  broken,  it gives the impression an additional blow has been performed. Because it has been broken, the backside is no longer visible, so maybe this also was a chopping tool.
The biface, made out of a beautiful quartz, has been made on a naturally split pebble, where the distal end ( butt) shows three different blows at the edge, which is not the only evidence for human activity on the object.
The right sided edge at the point,seen from the ventral side of  the artifact,  has been partially reworked by very much tiny blows.
The pyramidal pick has been made by small blows from several sides, to make  a pointy tool with a wide butt.

Les artefacts
Les outils de galets trouvés comprennent un outil à découper bifacial, un  chopper, (cassé) un pic pyramidal et un biface. L'outil à découper et le biface sont faites de quartz, le chopper est d'un quartzite à grains fins.
L'outil biface a deux coups d'un côté, d'un seul coup à l'autre côté et l’artéfact a une patine générale, recouvrant toute la surface. Cela donne , un aspect brillant brillant aux enlèvements.
Le hacheur ( chopper) , qui a été brisé, montre encore deux coups / enlèvements  intacts, et où il est latéralement cassé, il donne l'impression d'un coup supplémentaire a été effectuée. Parce qu'il a été cassé, l'arrière n'est plus visible, alors peut-être cela aussi était un chopping tool. 
Le biface, faite d'une belle quartz, ont été réalisés sur un caillou naturellement divisé, l'extrémité distale (bout à bout) montre trois coups différents sur le bord, ce qui n'est pas la seule preuve de l'activité humaine sur l'objet. Le bord côté droit au point, vu du côté ventral de l’artéfact, a été partiellement remanié par beaucoup les coups minuscules. 
Le pic pyramidal a été faite par de petits coups de plusieurs côtés, pour faire un outil pointu avec une large prise 
 


Fig 2. : pebble tools, mentioned in the text.
Galets aménagés du lieu de Mt. St. Pierre, Belgique

The period & discussion
Without a reliable, original position in the local  stratigraphy, it is difficult to say much about the period  where these tools could be placed in.
It is clear, there are clear characteristics to assign them to a Lower Palaeolithic period ( roughly between the late Cromerian - early Belvedere), regarding  the heavy patinas that occur on the quartz tools comprising the surface of    the blows : both showing a very glossy patina which  is part of an overall patina on the artifact's surface, caused by taphonomic processes in the field. 
It is also clear, isolated blows made on quartz and quartzite pebbles are not found within assemblages from the Middle Palaeolithic ( thus corresponding with the Neanderthals) from the wider region, e.g. found in assemblages from Veldwezelt Heezewater ( Bringmans, 2006), as these find correpond to a Levallois technique based debitage.
In such case, a late Middle -Pleistocene date would be appropriate for the artifacts: 
- they all appear at PLC-BB, that is, located in the top gravels of the sloping end  (  ca + 115 M a.s.l. ) of the originally  highest part of the  Mt. St. Pierre, which  highest point would have been ca + 122 a.s.l. = ca -7 meters below the 'top', part of the St. Pietersberg terrace.
 - the technological stage for these artifacts is a Developed Oldowan Mode -2, corresponding with the Acheulean: the irregular technique in tool manufacturing is comparative with the  Middle Acheulean technical stages in Europe, ( 600.000 - 400.000 years ago).
- This would correspond with a period ca. 400.000 years ago, ( pre -Belvedere, Holsteinian) comparative with the Belle -Roche ( Sprimont)  industry, which is however  not without discussion ( Cordy & Ulrix-Closset 1981) and for a wider region with tools attributed to H. heidelbergensis  ( like found at  Grotte du Vallonet, France)
- The assumed oldest ( pebble)  stone tool of Belgium was  found some 8 km more to the south located at the same Pleistocene river bank, at the St. Pietersberg terrace of  Halembaye, which is  a rude cleaver ( triedre), attributed to the Cromerian complex ( De Heinzelin, 1977)  
- The quartz chopping tool was found in one of the most flint rich regions of North West Europe. the simple Developed mode -1 technique is very rare for the whole region, especially also, because Middle Palaeolithic finds are common for the region , but mainly processed in  the Levallois technique.

La période et discussion 
Sans une position initiale fiable dans la stratigraphie locale, il est difficile d'en dire beaucoup au sujet de la période originales des outils trouvés.
Il est clair, ils sont d'une période du Paléolithique inférieur, en ce qui concerne les patines lourds, qui se produisent sur les outils de quartz et les coups de quartzite: une patine très brillant qui fait partie d'une patine d'ensemble sur la surface de l'objet.
Il est clair aussi  que des coups isolés  faites sur des galets  de quartz et de quartzite sont introuvables dans les assemblages du Paléolithique moyen (correspondant donc à l'homme de Néandertal) de la région au sens large, par exemple trouvé dans les assemblages de Veldwezelt Heezewater (Bringmans, 2006).
Dans ce cas, la date du Moyen-Pléistocène tardif serait approprié pour les artefacts:

- Ils apparaissent tout au PLC-BB, c'est situé dans les meilleurs graviers de la fin en pente (ca + 115 m) de l'origine, la partie haute du mont. Saint-Pierre, qui le point culminant aurait été ca + 122 asl = Ca -7 mètres en dessous de la 'sommet', une partie de la terrasse St. Pietersberg.
 
- Le stade technologique de ces artéfacts est un mode 2 Oldowan -dev., ce qui correspond à l'Acheuléen: la technique irrégulière dans la fabrication d'outils est comparée avec l'Acheuléen (  période technique)  en Europe, Moyen ( correspondent 600.000 - il y a 400,000 années).

 - Cela correspondrait à une période ca. 400,000 BP, (pré-Belvedere, Holsteinien) comparatif avec le (Sprimont) industrie de Belle-Roche en Belgique, qui n'est cependant pas sans discussion (Cordy & Ulrix-Closset 1981) et pour une région plus large avec des outils attribués à H. heidelbergensis (comme trouvé à la Grotte du Vallonet, France)
- Les plus vieux galets aménagé  ( assumé) de la Belgique a été trouvé à environ 8 km plus au sud de la localisation PLC-BB, située à la même rive ( de la Meuse) du Pléistocène, à la terrasse St Pietersberg de Halembaye, qui est un grossier couperet (Trièdre), attribué au  Complexe Cromérien (MIS 16- MIS 14) (De Heinzelin, 1977)
Images

 Biface in quartz./ Biface en quartz


 Broken chopper in quartzite / Chopper en quartzite, cassé,

Polyhedral artifact made of quartzite, with a large butt and a point
Artéfact polyédrique faite de quartzite, avec une grande prise et une pointe


References

Bringmans, P. ( 2006)  [Diss.] Meerdere Midden-Paleolithische bewoningsfasen in een loess-bodem sequentie te Veldwezelt-Hezerwater, Limburg, België" / "Multiple Middle Palaeolithic Occupations in a Loess-soil Sequence at Veldwezelt-Hezerwater, Limburg, Belgium"  Download page

Clairbois, A. M., (1958)  L'évolution du cours de la Meuse entre Liège et Anseremme au cours du Quaternaire. Mémoire de licence en sciences géographiques, Université de Liège, 175 p.

Cordy J.-M. & Ulrix-Closset M., 1981. La grotte de la Belle-Roche à Sprimont. Un gisement à galets aménagés du Pleistocène moyen ancien. Notae Praehistoricae, 1/1981 : 30-30 PDF
De Heinzelin,J. ( 1977)  Un artefact de la terrasse de Sint-Pietersberg (Halembaye, commune de Haccourt, prov. de Liège, . Helinium 17 / 3 : p. 231-234
Felder, W. M., Bosch, P.W. et Bisschops, J.H., 1989. Geologische kaart van Zuid-Limburg en omgeving. Afzettingen van de Maas. Rijks Geologische Dienst, Haarlem (map of 1/50 000)

Juvigné E., & Renard F., (1992 )  Les terrasses de la Meuse de Liège à Maastricht. Annales de la Société Géologique de Belgique, 115, 167-186.
Juvigné, E., Tallier, E., Haesaerts, P., Pirson, S., (2008)  Un nouveau stratotype du Téphra de Rocourt dans la carrière de Romont (Eben/Bassenge, Belgique), Quaternaire, Paris 19 (2), 133-139.
Harmand, D., (1989) La Meuse lorraine. Contribution à l'étude des alluvions anciennes de la Meuse entre Pagny-sur-Meuse et Mouzon (Ardennes). Tentative d'une reconstitution paléogéographique et dynamique actuelle du bassin. Thèse de Doctorat, Université de Nancy ll-Nancy I1 603 p.
Pissart, A. (1961) Les terrasses de la Meuse et de la Semois. La capture de la Meuse lorraine par la Meuse de Dinant. Annales de la Société géologique de Belgique, 84, M1-M108.
Pissart, A , Harmand, D &  Krook, L.  ( 1997)   L’evolution de la Meuse de Toul a Maastricht depuis le Miocene : corrélations chronologiques et traces des captures de la Meuse Lorraine d’apres les mineraux denses ; Géographie physique et Quaternaire,  Vol. 51, n° 3. p. 267-284, 10 fig., 1 tabl.





 

1 comment:

  1. Congratulations wonderfull articles,Good job well done.

    ReplyDelete