2013-01-25

Shrinking territories and the rise of the LBK /Territoires rétractiles et de l'ascension de la culture Rubanée


 texte en Français en italique,  s'il vous plait défiler vers le bas de la page

Introduction
The transitional phase of the Mesolithic / Neolithic, also called 'Neolithization' is highlighted and discussed in many papers. As this is also a major issue for the South Limburg  region, there is a  reason to write about this (again) on this blog. In this article, some new ideas are explored.
Focused surface prospections in the wider region always yields suspect material, that cannot easily be placed in the Neolithic: it is often either typical Mesolithic( i.c microliths or tools made in the mircoburin technique) or just 'fitting in a nomadic lifestyle', or finds can be regarded as tools with very small dimensions, i.c. these are mainly (micro-) bladelets. Such tools not only were found  at locations where we might expect them so i.e. interpret as part of a hunting assemblage, but also they are found near local  flint mines and even in what could be interpret as ateliers around  former local flint-mines.
The very complicated situation for South- Limburg and its adjacent area ( the Belgian  Hesbaye, the German Selfkant and  Middle -Limburg) because of the availability of flint as a raw material and consequently the large flint processing activities throughout the prehistory,  is described elsewhere on this blog.
In the Mesolithic period ( ca 8800 - 5400 BC) , the inhabitants of the area of what now is called "The Netherlands"  is estimated to be ca. 2000, ( 1/10 km²)( See e.g. Kooijmans, 1995).
When we compare this number of the total estimated population with the estimated population for only the limited area  in the southern part of The Netherlands at the beginning of the Neolithic, with  the start of the  Linear Band Keramik  (LBK) , between ca. 5350 - 4900 BC, the impact of the Neolithization is clear: the population increased from ca. 200- 300 inhabitants that started  the farming economy in ca 5350 BC  to ca 1500 in 4900 BC, so fivefolded in only 400 years!(note:  estimated by extrapolations,  Kooijmans, 2005).
In such case, the Early Neolithic population in the initial situation would have already been bigger than the number of the native people of South -Limburg that is estimated at ca 90 - 100 based on 1 /10 km².
The influence on the landscape by the LBK is however barely visible in the available pollen-diagrams for the start of the Neolithic for this region ( see elsewhere on this blog: vegetation history, slides and info)  But could we expect this?
The change in vegetation over a certain period is easier to establish when species are replaced,  what has happened  e.g. during  interstadials. The difference in vegetation change during the Bølling (ca. 650 years uncal.) and the Allerød (ca. 1050 years uncal.) interstadials  is very well visible in the pollen diagrams, due to  extremes in vegetation-growth, especially the change between open land and forests or groups of trees  
 ( Tree Pollen  contra Non- Tree Pollen,  see e.g. vegetation history, slides and info, at this webpage, references included).
So it is not true the total period of the LBK in the region ( ca 400 years)  has been too short to measure the effect,  even in the case of percentage change within the species. The only high percentage of  tree pollen found for the Early Neolithic is Hazel (Corylus avellana) ( see pollendiagram),  indicating open areas but this also could reflect a first influence by hunter gatherer groups on the landscape ( Bakels, 1992).   The real change in the pollendiagrams where the influence of man on the landscape is visible  by the changing ratio between numbers of grasses and alders is at first during the Late -Neolithic period.
The rapid expansion of the LBK suggests a successful lifestyle, but  this success in population growth was only briefly; as the LBK disappeared in ca. 4900 BC " without any trace"....
It is clear, in both cases, whether the LBK, as a cultural expression and life-stye, is an exogenous expression of an immigrated group, or was practiced by indigenous hunter gatherers, the existing territories must have changed drastically.
The question is, how main events, such as sealevel rise influenced the existing population which would have lead to decreasing territories of the indigenous hunter gatherer group and as a result could have caused population growth,  with the need to search for another food economy in the region.

Lost territories?
 Research  on the sea level rise in the early Holocene by deglaciation demonstrates a worldwide  lost of land surface and the sea level rise probably influenced rates and patterns of human migrations and cultural changes.( e.g. Ryan et al. 1997, Smithsa et al, 2011).
At the beginning of the  Mesolithic period ( ca. 8800 BC) the sealevel  was 65 meters below the present sealevel (a.s.l. / N.A.P.). This implicates a 'dry'  North Sea Basin (1) , with a quite different climate, as the shore was located far to the south in the British Channel ( Lambeck 1995, Shennan et al., 2000).
From the beginning of the Mesolithic period  at 8800 BC till ca. 6100 BC, in a period of ca 1700 years, 180.000 km² hunting area has been lost by sealevel rise. Since not only bone and antler implements ( points, hooks, hammers)  have been found from the current North Sea area  but also flint scrapers, it is assumed many settlements from the Mesolithic are buried  at the bottom of the current North Sea ( Kooijmans, 1970).
The knowledge about the possible geological features in the North Sea Basin mainly comes from the study of Doggerland, a current sandbank but a former island, described in many archaeological reports  ( e.g. Gaffney, Thomson and  Fitch  (2007). In this latter study, it appears that  lakes, wetlands and fluvial related features could still be noticed, which are potential  locations for Mesolithic settlement. They  also state, it was an 'optimum area for hunter -gatherers' during the early Holocene, so it would have been an attractive hunting location, and definitely part of the territories of the adjacent regions. 
The Holocene in the region started with the deglaciation of the large Scandinavian glacier , at 11.700 BP, ongoing till ca 8000 BP, so for a total period of  ca 3.700 years. Examples of  the deglaciation process indicate the process was very rapid during the first part of the Holocene ( e.g. Carlson et al., 2008 ), leading to a tremendous dispersion of humans to the north- western parts of Europe (Demars, 2002, fig. 1-3).
In the North Sea Basin, only an estimated 9 % of the initial surface (10.000 BC) of the studied area was left in 5550 BC (Fitch, 2011), so this demonstrates the loss in available land during the long Mesolithic period.
For the Late-Mesolithic / early Neolithic period Fitch argues that “However, by 7.500 BP ( = ca. 5550 BC ) the resources to support the potential population have fallen again to some 16% of the maximum value. This loss in resources and hence population potential, results in a population potential that is only 30% of the maximum potential population value reached in the model “.
 It is obvious, the people that originally lived and hunted in the North Sea Basin were forced to migrate into adjacent regions, putting pressure on existing resources  in 'occupied' territories on the higher located areas, more 'inland', for our region : 'more to the east'.
This would partially elucidate the gradual increase of population density in the adjacent area, over the Mesolithic period, so the explanation of lost territories as a factor for population growth only could be regarded as a part of the problem of shrinking territories.
Simultaneously, in the east and southeast of Europe, there was also a problem with population growth: the farming economy seemed to be too successfully, so more and more land was needed to feed the increasing population, due to the 'surplus' of the farming economy, resulting in an ongoing  migration  to the west and north west of Europe. It looks like both problems come together at its shared periphery, approximately in our area.

The Rhine -Meuse region
 The paleogeographic situation at 5700 BC, right before the rise of the LBK in the Rhine -Meuse area,( which is at ca 5500 BC) , at the end of the Calais I deposits, during the  transgression phase of the sea, peat layers were replaced by clay deposits from the sea. (See e.g. Denys, 1989)(2).
The coastline by this time was located at a distance of about 20 km east (inland) of the present coastline, and wide sea creeks flew to 35-40 km inland. The shoreline  moved further to the east during the Calais II deposits, that ended ca 4200 BC, leaving a large brackish water lagoon ( ca 15- 20 km wide)  behind the growing dunes. Right behind this area, large marshlands covered the area, which formed the basic peat  ( till 35 m) of North- and South- Holland.
 In an extrapolation  based on roughly estimated accessible surface of 100 .000 km² out of the 180.000 km²  (3) of the North Sea Basin, for one inhabitant at each 10 km² during the Late Mesolithic period, we would count ca 10.000 inhabitants in the area of the former North Sea Basin area. If only in The Netherlands 2000 people would have lived during the Mesolithic ( estimated by means of 'dialect tribes' , Kooijmans, 2005) , we notice 10.000 would be a very  large number. Even when it was half of this number, so 5000, this would still be a large number, 2,5 times as much as the total indigenous population of  The Netherlands during the Mesolithic.
So the growth of Mesolithic populations in the Late / Final - Mesolithic in the Belgium and The Netherlands possibly would not only have been  the result of a better climate ( the average annual temperature was rising at ca 2 degrees Celsius above present), with consequently an increase of  hunting - gathering habitats ),  but also could have been caused by the dispersion of  hunter- gatherer groups , coming from the west and looking for new territories. Examples of  a migration due to changes in climate  are  normal for humans ( McLeman and Smit, 2006)  Only a  little bit of sea level rise iin the Lower Countries already could lead to a substantial loss of available land (4)

New strategies, a question
For hunting purposes, in a range of ca 10 km around a camp site, there was enough food for a group to stay sedentary all year ( Rozoy, 1998). Unless this is highly depending on the location of the site in the landscape, this would indicate the large possibility for Mesolithic hunter gatherers to choose for a sedentary lifestyle.
If the LBK as a migrated group of farmers simply 'overruled ' the indigenous people by its overwhelming numbers, they would have used a substantial part of the area from the original hunter -gatherers territory, to build their farms and use the landscape for farming.
The loess covered , fertile plateaus were of less interest for the hunter gatherers, as the dark, vast lime-forests were not very suitable for hunting as the Mesolithic people hunted the large animals most (Rozoy, 1998). Only the plateau's edges were used for settlement, especially on the highest elevations  on the calcareous soils, that were easy to clear, were well drained and could warm up quickly.
The valleys on the contrary were very valuable to the hunters, as these were the most important hunting grounds: this is where the aurochs and the red deer lived and here we also find swampy areas with stagnant waters and a diversification of habitats due to a number of gradients (wet - dry, differences in level, intensity of light, landed plants). Holocene faunal species were more isolated or in smaller herds and if territories decreased in surface,  this requires an intensification on particular resources within a smaller area ( Eichmann , 2004). Passive hunting strategies (such as traps) could have been added for compensation of a shrinking mobility ( Binford, 2001  Holliday, 1998).
For South -Limburg and the adjacent areas, the question is, why the LBK settlements were located in  the Graetheide region and not in the region more to the south, where a similar fertile loess cover is present  at the Middle terraces,  with  access to flint rich areas and good water sources in a varied landscape in the potential natural vegetation.  One of the causes is given by Bakels, as she argues that  the area South Limburg area was not located near easily accessible open water,  as the river Maas has steep banks here ( Bakels, 1982). 
However, besides of the known LBK- site of the Maastricht- Cannerberg , which was located high at the plateau above the Jeker brook, many suitable middle -terrace locations in South Limburg,   similar to that of Elsloo and Stein ( located at a flattened part of the middle terrace),  e.g. near Maastricht -Amby and more to the south  near Gronsveld ( where traces might have been disturbed by building the village) and even near Eijsden, northeast of Eijsden -Poelveld), could have been appropriate for LBK immigrants to settle, but they did not..
This is important, because of the question, if - especially along the LBK margins- a changing food economy would not only have been the result of a population growth, the available territory also could have been ‘divided’ in a general accepted agreement and a 'logic" respect for parts the territory.'(5)
In such a case this could both have been the result of a cooperative attitude between natives and immigrants, or this is a new division of the territory by the indigenous population, in which case the LBK can be regarded as acculturation of only a part of the native people.
If the territories became too small to find enough food for everyone and there became a certain pressure on the natural landscape and food- resources during the Late -Mesolithic period, (which however can not be established in the pollendiagrams) it is very well possible the new farming economy  has been adapted  by only a part of the hunter -gatherer groups, by means of partially acculturation, leaving another part of the hunter gatherers in its old lifestyle- similar to what we find today in e.g. Africa where both a nomadic lifestyle and a sedentary lifestyle ( and mixed forms) are coexisting. In the Middle- Neolithic ( ca 4600 -4000 BC ), a similar situation would have existed in the region of South- Limburg and the Belgian Kempen area, where the sandy area possibly was used as a 'natural reserve'for the native hunter- gatherers.
The change into a farming economy would have lift up the pressure for a while: a part of the territory has been 'given up' to practice farming, while the less fertile areas remained hunting areas. In such a case, the periphery of the LBK can be regarded as a 'try out' from the indigenous people that were forced to do so due to population growth. (6) Side effect isthat the most fertile areas were not necessarily the best hunting areas, so the try out did not mean a big attack on the necessary existing food-supplies.
Starting  to use the most fertile and adequate locations in the territory, the farmers left the South Limburg plateau totally empty ( only few LBK- artifacts  have been found here) , probably also because of the many flint mines that are located here. During the Early -Neolithic, these mines were still surface' eluvium type' flintmines, that were surface collected at hill tops and hillslopes, and of these mine types, there are many outcrops in South Limburg (7) .
The LBK in Limburg is generally regarded as an immigrated group of people that obviously took over the territory and behaved like the whole territory belonged to them for centuries.With a shifting frontier of LBK lifestyle, it is however not all strange native hunter gatherers became easily influenced , and i.c. the practical side, the livestock and the grain could be found at the border of the territory in the southeastern German Rhine- Valley, where we find the Oldest LBK (LBK Ia)
Dozens of small LBK -sites and single finds of arrowheads, adzes, and pottery has been found in the sandy adjacent area of Middle- Limburg to the north, which is also the location where we find the highest density in Late- Mesolithic settlements.( De Grooth ,1991 & Van de Velde, 1991). This indicates such settlements were given up in favor of the LBK (lifestyle?), because the reason such settlements were located in these areas were not only hunting purposes , but were used as basecamps ,  see e.g. the Mesolithic of the Venray region where several clustered Mesolithic sites were found near former affluents of the Loobeek, (Verhart, Wansleeben 1989).
  The exploitation  of a flintmine like at Banholt, where large and rather deep wholes were dug to reach the desired flint,  and where nearby a number of ateliers were detected for the production of semi- finished  tools and blanks to be transported to the north and east (Brounen / Peeters 2000/2001) - would definitely have been noticed by native hunter –gatherers - so at least it was permitted to use them but for now this is still a question..
As there are no signs in the area of any battle between farmers and Mesolithic hunters - gatherers  in the entire region, this means either the Mesolithic hunter- gatherers did not mind the immigrated LBK to use territories  of South- Limburg and some adjacent regions ( like Middle Limburg)  for their farming activities, for  mining  of flint and e.g. for the transhumance.(8) or, in case of acculturation,  the occupancy of the LBK  can be regarded as an adaptation in a ( partially (9) changing  food economy by the native people. In such latter case, the fortification of LBK settlements could also be the result of conflicting interest within the “divided hunter- gatherer” population, as farming requires more and more land when the farming population is increasing, while at the same time it could be expected the numbers of  the  hunter gathering part of the group would be staying more or less stabile. The expansion of settlements from the beginning till the end of the LBK shows the population was really growing, so this would have been a serious problem;  especially, if the expansion to other areas was not in accordance with the 'agreement  within the division of  the territory.
So, the centroid density in Late -Mesolithic sites in the sandy area of Middle- Limburg ( but  not in South- Limburg)  and the many single LBK - finds/ small LBK- sites in this area, also could reflect a much closer relation between the native people and the LBK, and as stated before, even mark a possible acculturation by members from the same groups that belonged to the same tribe ( i.c. the dialect tribe, or RMS (Crombé et al. 2009) , leading to a separate lifestye in the same territory.
The increase in the numbers of sites was already observed for the different periods of the Mesolithic and this reflects the growth of the hunter- gatherer population, which usually is explained by the increase of the diversity in habitats.   It is remarkable we notice the use of pottery in Late Mesolithic sites on the outmost LBK periphery, e.g. at Weelde (near Turnhout) and Oleye (near Waremme) (Keeley in Thorpe, 1999), around 30-40 km from the nearest LBK sites...Even in the Belgian coast area, at Doel, ceramics was found in a Late- Mesolithic context, without traces of a changing food economy. ( Innes, Blackford  & Rowley-Conwy, 2003).  Does this reflect the special position of the periphery of two different cultural lifestyles melting together and vanishing the 'Mesolithic'?
A very interesting issue is the fact Rijckholt flint was found in early LBK sites in Germany. (Gronenborn , 1990) The question is, how this Rijckholt flint was transported to Germany and who did by that time exploit the Rijckholt flint mine?  In this case, the theory of  Gronenborn , where Mesolithic people played a dominant role in the spread of the flint, fits in another theory,  namely the flint mine region would  still have been controlled by ( another part of) the Mesolithic hunter gatherer –groups during the Early Neolithic. (10) In that case this would be part of some sort of ‘agreement’ in the division and control of the territory, as stated before in this article.
As in France, near the city of Thionville (French Lorraine), bladelets made of  Rijckholt flint were noticed in a Late -Mesolithic site ( mentioned by J.Y. Ringenbach,  see elsewhere on this blog: small tools from St. Geertruid) (Spier, Ringenbach, 1997) , this might also plea for the  possible exploitation and distribution of Ryckholt flint by Late -Mesolithic groups in the region and supports the idea the local hunter -gatherer groups were at least intense intertwined with the later LBK .The finds of very small retouched flakelets near a LBK- settlement (Tilice-Liers (B), recently noticed by the author), could also reflect a Late-Mesolithic tradition related to the LBK. In the work of  Belland  we find the relation between the projectile points of the Late -Mesolithic and the possible development of the asymmetric LBK –point from former Mesolithic points (Belland et al., 1985).
 The grouping of the Late- Mesolithic groups by Arora , based on the tool typology of microliths, shows the wide territory of  the 'Teverener Gruppe' in the Meuse region as well as much more to the south, in parts of  Luxembourg and Northern France ( region Moselle, near Trier) (Arora, 1976), this fits in the idea that this large  territory with all resources, ( including valuable flint mines) 'belonged' to Mesolithic hunter- gatherers.
The interrelationship between the LBK and Mesolithic hunter -gatherers also has been noticed for the typology of arrowheads ( Thevenin, 1995, Robinson 2008 ). 

The vanishing Mesolithic: change into a farming economy ?
The  increasing Late Mesolithic population probably lead to a self-reinforcing model where the population had to adapt their way of life and got less nomadic, changing the way they used their territories economically, influenced ( you can only be influenced if your mind is open, so you can adapt new things) by new cultural ideas like farming , that could give a good chance for predictable food supplies in the future. This could best be reflected in the sandy Middle Limburg area, where Late Mesolithic settlements with large uniformity in tool assemblages ( Wanleeben, Verhart 1989) suddenly 'disappear.

Though the LBK is the best studied Neolithic culture for our region, the most important questions about the transition between the Mesolithic Neolithic remain unanswered: what has been the relationship between the native people and the rising LBK? 
The almost generally accepted conception of the Neolithic - (Danubian) immigration wave from the east into our region could at least be held against the light of changing territories and  a steady growing  native population, and possible responses to this and the will of acculturation and the cultural influence of neighboring areas.
Mesolithic sites in  Middel  Limburg  are mostly pure, but for  South -Limburg the ( surface) sites generally are characterized as 'build -up palimpsests with a long time depth’,  covering several other periods, mostly the Neolithic, most likely due to the excellent characteristics of the site location ( nearby water supply , drained soils, etc.).
At three sites, Visé- Caster, Maastricht- Neercanne and St. Geertruid -Rijckholt VR08 small concentrations of  micro -bladelets, drills and borers  have been found, clearly separated from a nearby Neolithic site/ Neolithic activity zone;  but since the three locations are surface prospected, it is not stated this will mean Mesolithic presence near a Neolithic site, but it is possible.Or does this reflect spatial differentiation of activity within or near Neolithic sites?
In my humble opinion, the key to understanding the earliest Neolithization of our region,  will possibly not be found by a better knowledge or more finds of the LBK, but on the contrary,  by the discovery of much more (Late /final -)  Mesolithic sites ( or single finds), especially in the typical LBK- regions and in the nearest adjacent areas.
In this way, I also believe surface collected artifacts,  provided that they are very carefully recorded, can play a role in a better understanding of the Mesolithic in the wider region.

Epilog
The area with the highest concentration in Late -Mesolithic sites has been turned over in an area where lots of small LBK- sites were found as well as typical LBK finds , like adzes, asymmetric points and pottery.
The question is, if the Mesolithic hunter gatherers, in case of immigration from the east, have voluntarily withdrawn from these areas...The same questions there are for the wider region, as well as for the access  and directing of the local flint mines.
Another question is, about the fact 'the immigrants' just could choose a location they desired in the new territory without having to consider the indigenous population...
In practiceit would not have been difficult to transport the  livestock and some bags filled with grain  from the Rhine valley some 50 km to the west. A westwards  ongoing livestock and grains originating from the Middle East, would simply keep its roots in the Middle East and  could just have been transported as a "ready to use" product. For the use of this product, including the making of farms, the knowledge about planting depth, harvest time, the care for domestic animals, it was necessary to have practical knowledge
which easily could have been adopted from the neighboring farmers from the Rhine valley. 
The finds of pottery in Late Mesolithic sites30- 40 km more to the west, without evidence for a farming economy ,could reflect an ongoing acculturation by the indigenous.Another explanation is, the relations between indigenous and immigrants were made already  before the starting of the farming in the region: in this way it is clear how the immigrants- ( if the LBK is is an act of immigration) knew about local soils and got access to the flintmines.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Notes
(1) The paleoenvironment of the North Sea Basin was characterized by a diversity of biotopes, and the many bone finds of mammals at Doggerland proves this was an area rich in game.
(2) See some images, at thesis -online, Geochemical patterns in the soils of Zeeland by Spijker, 2005
(3) Not counted, the surfaces of lakes, rivers, marshland etc. The number is  arbitrary chosen, reducing the accessible land with almost half. The area of the North Sea Basin  would have been  the  territory of a single Mesolithic group , during the Early Mesolithic, as the surface of the territories in that period were estimated ca 230.000 km²;  for the Middle Mesolithic this was ca. 80.000 km², and for the Late Mesolithic ca 30.000 km². (Price 1981)
(4) See the lost in territory for  a sealevel rise of only +1 meter in the Netherlands by the map FloodMaps, sealevel rise +1m
(5) An agreement about a 'non - farming ' zone in South Limburg looks bizarre , but this could very well have been the outcome of an agreement, where indigenous people from the Rhine valley
(6) Such an idea about trying new mechanisms is something that we recognize today, forced by a growing population growth, we now know the gen- technology, but not so long ago we developed fertilizers, pesticides, herbicides, often with  disastrous consequences for the environment and for human health. Such 'experimental changes in food economy' also are used by a parts of the population, as we have the biological food, non genetic modified food, etc. Now we have a real choice how to do it, by then they didn't.
(7) Not only the well known locations like Rijckholt and Banholt contained eluvium type flint, that was relative easy to dig out; many other places are known, such as Trichterberg, Schiepersberg, Riesenberg, Hoogbos,  etc, many locations where the loess horizons were eroded and the calcareous bedrock had eroded and was dissolved, so the flint-nodules were relatively easy to find. The digging for flint by the LBK in the oldest known flintmine of the region at Banholt, suggests they had permission to do so. Or, in case the LBK were migrated people,  were the local hunter- gatherers afraid for them?
(8) The possible violent interactions between early Neolithic farmers and  hunter gatherers are suggested by Keeley and Cahen,  (Keeley, Cahen, 1989) also interpret by the  fortified enclosures of LBK site, but this could also reflect intercommunity conflict.
(9) Besides of the livestock animals like sheep, cattle and pig,  the LBK hunted also the aurochs and the red deer. In an excavation at Cuiry-les-Chaudardes (France) ,wild boar and roe deer were also noticed, and even the beaver. In the beginning of the LBK, the part of hunting was bigger than at the end. Another remarkable find from this excavation was, the the highest values for wild animals in general (from 23.8% to 41.1%), and in particular wild boar, occur in small houses, as in the large houses the domestic animals ((from 91.3% to 96%) seems to have preferred on the menu. (Hachem, 1997), as well as the different domestic species that seems to have been used only in a special part of the settlement. Is this reflecting the theory , a part of the indigenous hunter gatherers were still hunting, using the small houses, and another part had become a farmer, using the large buildings?
(10) The small bladelets, noticed near St. Geertruid by the author, are made in a very fine indirect percussion technique on a prepared platform. So far, the cores have not been found, but it has been noticed also, very small tools were produced on prepared platforms made on very large nodules, that were left in the field. However, this was not suitable for the real production of small bladelets, as there are on average 1- 4, maximum 5 bladelet- negatives visible.



References/ internet

Arora, S.K.  (1976) Die mittlere Steinzeit im westlichen Deutschland und in den Nachbargebieten. Pp. 1-66. in:  Beiträge zur Urgeschichte des Rheinlandes ; Rheinische Ausgrabungen 17  Rheinland Verlag
Bakels, C.C.  ( 1982) The settlement system of the Dutch Linearbandkeramik  article PDF
Bakels C.C.  ( 1992) Research on land clearance during the Early Neolithic in the loess regions of The Netherlands, Belgium and Northern France, in B. Frenzel (ed.), Evaluation of Land Surfaces Cleared from Forests by Prehistoric Man in Early Neolithic Times and the Time of Migrating Germanic Tribes: 47-55. European Science Foundation: Strasbourg.
Bakels, C.C. (1992) The Botanical Shadow of two Early Neolithic Settlements in Belgium: Carbonized Seeds and Disturbances in a Pollen Record. Review of Palaeobotany and Palynology, 73: 1-19
Beets, D.J. , Van der Valk, L., Stive, M.J.F. ( 1992) Holocene evolution of the coast of HollandPDF ; Marine Geology 103 (423- 443) 
Belland  G. ,  Blouet V, & Leesch D, (1985)  Éléments Mésolithique et Néolithiques moyen de la station d’Himeling (Commune de Puttelange-les-Thionville, département de Moselle, France) ; Bulletin  de la Société Préhistorique Luxembourgeoise 7, 91-102 
Binford,  L.R. (2001) Constructing Frames of Reference: An Analytical Method for Archaeological Theory Building Using Hunter-Gatherer and Environmental Data Sets. University of California Press, Berkeley.
Brounen, F.T.S.& H. Peeters (2000/2001) Vroeg-neolithische vuursteenwinning en -bewerking in de Banholtergrubbe (Banholt, gem. Margraten), Archeologie 10, 133-150
Carlson, A.E. ,. LeGrande, A.N.  . Oppo, D.W. , Came, R.E. , Schmidt G.A., Anslow, F.S. , Licciardi, J.M.  & Obbink, E.A. (2008)  Rapid early Holocene deglaciation of the Laurentide ice sheet; Nature Geoscience 1, 620 - 624
Crombé, P.  Van Strydonck,M,  Sergant, J. Boudin M. , and Bats, M. ; (2009)   ( table of : Chronology and Evolution within the Mesolithic of North-West Europe ) : Proceedings of an International Meeting, Brussels, May 30th-June 1st 2007 ( publ. 2009 Cambridge Scholars Publishing)  
Demars  P-Y.  ( 2002) Changements climatiques et occupation de l'espace. Les derniers chasseurs cueilleurs d'Europe face à la déglaciation. [Climatic changes and settlement patterns. Tltelast prehistoric hunter-gatherers of Europeconfronted with the déglaciation] ; Quaternaire  Vol.   13   Iss   13-3-4 pp. 289-296
Denys, L.  (1989)Observations on the transition from Calais deposits to surface peat in the Western Belgian coastal plain: results of a paleoenvironmental diatom study Mijnwezen-Aardkundige Dienst van België
Eichmann, W.J.  (2004) Mesolithic Hunter-Gatherers in the Carpathian Basin and the Spread of Agriculture in Europe ; University of Wisconsin, Madison
Fitch, S. E. J. (2011) The Mesolithic landscape of the southern North Sea  Ph.D. thesis University of Birmingham e- thesis online 
Gaffney V- L., Thomson, K. Fitch, S. (2007)  Mapping Doggerland: The Mesolithic Landscapes of the Southern North Sea; Archaeopress
Gaffney, V ( 2007)  (Fitch, S. , Gaffney, V  and Thomson K. ) InSight of Doggerland: From speculative survey to landscape exploration
Grooth M.E.Th. de, (1991) Socio-economic aspects of Neolithic flint mining: a preliminary study, Helinium 31, 153-190.   and Van de Velde,, P    in de Prehistorie van Nederland ( ed. L.P.L. Kooijmans)
Hachem L. (1997) Lafaune rubanée de Cuiry-lès-Chaudardes (Aisne, France) : essai sur la place del'animal dans la première société néolithique du Bassin parisien
Mike Ilett   Bulletin de la Société préhistorique française ;Vol   94  Iss   1  pp. 25-27
Holliday, T. W. (1998)  The Ecological Context of Trapping among Recent Hunter-Gatherers: Implications for Subsistence;  in Terminal Pleistocene Europe. Current Anthropology 39(5):711-720.
Innes, J Blackford, J.  & Rowley-Conwy, P.  (2003)   The Start of the Mesolithic-Neolithic Transition in North-West Europe - the Palynological Contribution Antiquity 77 Vol. 279
Keeley, Lawrence H., and Daniel Cahen. (1989)  “Early Neolithic Forts and Villages in Northeast Belgium: A Preliminary Report.” Journal of Field Archaeology 16:157-176.
Kooijmans, L.P.L. (2005) Leven in de Prehistorie, een terugblik, in: Kooijmans, L.P.L. ( B. Bakker)  Nederland in de prehistorie  ( pp.  697)
Kooijmans, L.P.L. &   G. Kortenbout van der Sluijs, G ( 1970)
Mesolithic Bone and Antler Implements from theNorth Sea and from the Netherlands PDF
Kooijmans, L.P.L. (1993) The Mesolithic/Neolithic Transformation in the Lower Rhine Basin CRC Press, Ine
Lambeck, K, (1995) Late Devensian and Holocene shorelines of the British Isles and NorthSea from models of glacio-hydro-isostatic rebound ; Journal of the Geological Society, London, Vol. 152, pp. 437-448
McLeman R.  and Smit, B ( 2006)  Migration as an adaptation to climate change PDF ; Springer
Department of Geography, University of Guelph, Guelph
Modderman, P.J. R. (  1982)   Prehistoric Settlement Patterns Around the Southern North Sea: Papers Presented at a Colloq[u]ium, Held in Honour of Professor Dr. P.J.R. Modderman, Leiden, 3-7 May 1982
Price D.T., 1981. Regional Approaches to Human Adaptation in the Mesolithic of the North European Plain
Robinson, E.N.  (2008) Scratching the surface, Surface scatters, armatures and forager-farmer contact in a “frontier zone” ;Notae Praehistoricae 28/ pp 55-62
Rozoy, J-G. ; (1998)  The (re-) population of Northern France between 13.000 and 8.000 BP 
Quaternary International, Vol. 49j/50, pp. 69- 86, ( transl. G.L. Strauss)
Ryan, W.B.F.,  Pitman W C. III,. Major, C.O. ,  Shimkus K, Moskalenko, V.,   Jones,G.A. , Dimitrov, P, Goriir, N,  Sakinç, M, Yüce, H  (1997)  An abrupt drowning of the Black Sea shelf PDF  Marine Geology 138  119-126. and Environmental Change around the North Sea. Geological Society London,  Special Publications 1, 66,2 99-319. 

Salavert A.  Environment and forest edges exploitation in northern France and Belgium  during the Neolithic (Archaeological charcoal: natural or human impact on the vegetation) Sagvntvm extra
Shennan, I   Lambec  K.  Flather, R  Horton,  B   McArthur, J  Innes, J.  LLoyd, J. Rhuterford M  & . Wingfield  (2000 ) Modelling western North Sea palaeogeographies and tidal changes during the Holocene; From :Shennan,. & Andrew, . (eds) Holocene Land-Ocean Interaction
Smitha, , D.E., Harrisonb, S., Firthc, C.R.,  Jordand, J.T.  ( 2011)  The early Holocene sea level rise, Quaternary Science Reviews Vol.  30, Issues 15–16, ( 1846–1860)
Spier F, Ringenbach J-Y., (1997.) Éléments du  Mésolithique récent/final dans le Nord de la Lorraine  Bulletin Société Préhistoire  Luxembourgeoise 19, 1997, pp 217 -233
Thevenin, A (1995)   Mésolithique récent, Mésolithique final, Néolithique ancien dans le quart nord-est de la France : pour une réinterprétation des données lien Revue archéologique de Picardie Vol 9  Iss   9  pp. 3-15
Thorpe, I.J. (1999) The origins of agriculture in Europe, Routeledge
Van de Velde,, P (1990): Bandkeramik social inequality - a case study.Germania 68(1), 19-38
Vanmontfort, B . (2008) Forager–farmer connections in an ‘unoccupied’ land: First contact on the western edge of LBK territory. Journal of Anthropological Archaeology Vol .27, Iss. 2, , pp 149–160 
Verhart L.B.M., Arts N., (2005)  Het mesolithicum in Zuid-Nederland, in: Deeben J., Drenth E., van ... Verhart L.B.M., Wansleeben M., 1988
Verhart, L.B.M., &  Wansleeben M. (1989) Een laat-mesolithische nederzetting te Merselo-Haag, gemeente Venray, Nederland, Notae Praehistoricae 9, 29-30
Vermeersch, P.M.  ( 1990) Contributions to the Mesolithic in Europe: Papers Presented at the Fourth International Symposium, The Mesolithic in Europe, Leuven, 1990 Leuven University Press
Wenban-Smith, F .( 2002) Palaeolithic and Mesolithic Archaeology on the  seabed:  Marine Aggregate Dredging and the historic environment; Wessex Archaeology 

Microliths, found near a local flint mine in South Limburg. the eluvium type flint possibly was found in the streambed of a former creek. Left to right : transverse point, micro- bladelet, broken microburin, retouched backed knife (lame a dos naturel)
Microlites, trouvés près d'une mine de silex local dans  Limbourg -Sud . le type eluvium silex peut-être été trouvée dans le lit d'un ruisseau ancien, disparu. De gauche à droite: pointe transversale, micro-lamellaire, microburin cassé, couteau à dos retouché (lame d'un naturel dos)

texte en Francais : 
Territoires rétractiles et de l'ascension de la culture Rubanée
Introduction
La phase transitoire du Mésolithique / Néolithique, également appelé «néolithisation»  est en surbrillance et discuté dans de nombreux articles. Comme il s'agit également d'un problème majeur pour la région de Limbourg -Sud aux Pays -Bas, il ya une raison d'écrire à ce sujet (encore une fois) sur ce blog. Dans cet article, de nouvelles idées sont explorées. 
Prospections de surface ciblés dans l'ensemble de la région donne toujours du matériel suspecte, qui ne peut pas être facilement placé dans le Néolithique (-Ancien): il est souvent soit « dans un mode de vie nomade« typique Mésolithique (microlithes ou des outils en silex réalisés dans la technique mircoburin) ou tout simplement pas, ou les outils peuvent être considérés comme des outils de très petites dimensions, c.a.d.  il s'agit principalement de (micro-) lamelles. Ces outils ont été retrouvés non seulement à des endroits où l'on pouvait s'y attendre, iansi avec interprétation comme partie d'un assemblage de chasse, mais aussi qu'ils se trouvent à proximité des mines de silex locaux (comme à Rijckholt) et même dans les ateliers, proche de la mine de silex. La situation est très compliquée pour le Limbourg-Sud et sa région adjacente (la Hesbaye belge, le Selfkant allemand et  la région de Limbourg -Central) en raison de la disponibilité de silex comme matière première et par conséquent les grandes activités de traitement de silex  tout au long de la préhistoire, c'est décrit ailleurs sur ce blog.

Dans la période mésolithique (environ 8800 à 5400 avant J.-C.), les habitants de la région de ce qui est maintenant appelé "Pays-Bas" est estimé à env. 2000, (1/10 km ²) (voir par exemple Kooijmans, 1995). Quand on compare ce nombre de la population totale estimée avec  la population estimée pour le seul secteur limité dans la partie sud des Pays-Bas au début du Néolithique, avec le début de la culture Rubanée (Omalien), entre ca. 5350 - 4900 avant J.-C, l'impact de la néolithisation est clair: la population a augmenté de ca. 200 à 300 habitants qui ont commencé l'économie agricole en ca. 5350 avant J.-C.,  à environ 1500 à 4900 avant J.-C., afin cinq fois pendant seulement 400 ans (note: estimé par extrapolation, Kooijmans, 2005)!.
Dans ce cas, la population du Néolithique ancien dans la situation initiale aurait déjà été plus grand que le nombre 
des indigèness du Limbourg-Sud qui est estimé à environ 90 à 100 basée sur 1/10 km.  L'influence sur le paysage par la Rubanée  est cependant à peine visible dans les diagrammes polliniques disponibles pour le début du Néolithique dans cette région (voir par ailleurs sur ce blog: histoire de la végétation, des diapositives et info  en Francais ) Mais peut-on espérer cela?

Le changement de la végétation pour  une certaine période est plus facile à établir lorsque les espèces sont remplacés, ce qui s'est passé par exemple pendant interstades. La différence de changement de la végétation au cours du Bølling (environ 650 années uncal..) et l'interstade de l' Allerød (environ 1050 années uncal.) est très bien visible dans les diagrammes polliniques, en raison des extrémités de la végétation, en particulier le changement entre les terrains ouverts et les forêts ou des groupes d'arbres (Pollens d'arbre contre non-arboreal pollen, voir par exemple histoire de la végétation, des diapositives et info  en Francais ) à cette page, références incluses).

Il n'est donc pas vrai que la durée totale de la LBK dans la région (environ 400 ans) a été trop courte pour mesurer l'effet sur la végétation, même dans le cas de la variation en pourcentage de l'espèce. Le pourcentage élevé de seulement le pollen d'arbre trouvé pour le Néolithique ancien est le noisetier (Corylus avellana) (voir
pollendiagram), indiquant les zones ouvertes, mais il pourrait aussi refléter une influence abord par des groupes de chasseurs-cueilleurs sur le paysage (Bakels, 1992). Le véritable changement dans les pollendiagrams où l'influence de l'homme sur le paysage est visible par le changement du rapport entre le nombre d'herbes et d'aulnes ( vallées) est d'abord pendant la période de la fin du Néolithique.
L'expansion rapide de la culture Rubanée suggère un mode de vie avec beaucoup de succès, mais ce succès à la croissance de la population n'a été que brièvement, que la Rubanée s'est disparu de notre régions  environ a  ca. 4900 avant J.-C.  "sans trace" ....Il est clair, dans les deux cas, si la culture Rubanée, en tant que c'est une expression culturelle et mode de vie , c'est une expression exogène d'un groupe immigré ou a été pratiquée par des chasseurs-cueilleurs autochtones, les territoires existantes ont radicalement changé.
La question c'est, comment les événements principaux, tels que l'élévation du niveau de la mer a influencé la population  qui aurait conduit à la diminution des territoires du groupe de chasseurs-cueilleurs indigènes et par conséquent pourrait avoir causé la croissance démographique, à la nécessité de rechercher une autre économie alimentaire dans la région.


Territoires perdus? 
La recherche sur l'élévation du niveau de la mer dans le début de l'Holocène par la déglaciation dans le monde entier démontre une perte de la surface terrestre et  l'élévation du niveau de la mer probablement a influencé  de migrations humaines et les changements culturels ( p. ex. Ryan et al. 1997, Smithsa et al, 2011) .Au début de la période mésolithique (environ 8800 avant J.-C.), le niveau de la mer était environ  65 mètres au-dessous du niveau de la mer actuelle (asl / NAP). Cela implique une  Bassin Mer du Nord  «sec» (1), avec un climat tout à fait différent, comme le rivage était situé à l'extrême sud de la Manche (Lambeck 1995, Shennan et al., 2000).
 Depuis le début de la période mésolithique à 8800 avant J.-C. jusqu'à env. 6100 avant J.-C., alors dans une période d environ  1700 ans , 180.000 km ² zone de chasse a été perdu par l'élévation du niveau de la mer. Depuis, non seulement y a  été trouvés dans la zone de la mer du Nord actuelle des art;éfacts en os et bois de cerf (points, crochets, marteaux), mais aussi des grattoirs en silex, ce qui  suppose de nombreuses sites Mésolithiques, qui  sont enterrés au fond de l'actuelle mer du Nord (Kooijmans, 1970 ).
 Les connaissances sur les caractéristiques géologiques possibles dans le bassin de la mer du Nord provient principalement de l'étude de "Doggerland", un banc de sable actuelle, mais une ancienne île, décrit dans de nombreux rapports archéologiques (par exemple Gaffney, Thomson et Fitch (2007). Dans cette dernière étude, il apparaît que les lacs, les milieux humides fluviaux et les fonctionnalités connexes pourraient encore être remarqué, qui sont des sites  potentiels pour l'habitation du Mésolithique. Ils déclarent aussi, c'était une «zone optimale pour les chasseurs-cueilleurs au cours de l'Holocène précoce, de sorte qu'il aurait été intéressant de chasse, et certainement partie des territoires des régions adjacentes.

L'Holocène dans la région a commencé avec la déglaciation du grand glacier Scandinavien, à 11.700 BP, en cours jusqu'à environ 8000 BP, donc pour une durée totale d'environ 3.700 années. Des exemples de processus de déglaciation indiquent que le processus a été très rapide au cours de la première partie de l'Holocène (par exemple, Carlson et al., 2008), ce qui conduit à une dispersion considérable desgroupes humains à la partie nord-ouest de l'Europe (Demars, 2002, fig. 1-3).  Dans le bassin de la mer du Nord, on estime que seulement 9% de la surface initiale (10.000 BC) de la zone étudiée a été laissé en 5550 avant J.-C. (Fitch, 2011), alors cela démontre la perte de terres disponibles pendant la longue période mésolithique. Pour la période mésolithique tardif / début du Néolithique Mr. Fitch affirme que «Toutefois, par 7.500 BP (= env. 5.550 avant J.-C., le commencement de la culture Rubanée dans nos régions) les ressources nécessaires pour soutenir le potentiel de la population (... dans le Bassin Mer du Nord ...-red.) ont de nouveau baissé de quelque 16% de la valeur maximale. Cette perte de ressources et, par conséquent, les résultats potentiels de la population à un potentiel de population qui ne représente que 30% de la valeur de la population potentielle maximale atteinte dans le modèle ".Il est évident, les gens qui vivaient et chassaient à l'origine dans le Bassin de la mer du Nord ont été contraints de migrer vers les régions adjacentes, mettant la pression sur les ressources existantes dans les «territoires occupés» sur les zones situées plus haut, plus «intérieur», pour notre région: "plus à l'est".
Ce pouvait partiellement expliquer l'augmentation progressive de la densité de population dans la zone adjacente, au cours de la période mésolithique, donc l'explication des territoires perdus en tant que facteur de croissance de la population ne peut être considéré comme une partie du problème de la diminution des territoires.Dans le même temps, à l'est et au sud-est de l'Europe, il y avait aussi un problème avec la croissance démographique: l'économie agricole semblait avoir gagné  trop de succès, tant de de plus en plus terres ( terrains fertiles)  ont été nécessaires pour nourrir la population croissante, en raison de la «surplus» de l'agriculture l'économie, entraînant une migration continue vers l'ouest et au nord-ouest de l'Europe, en phases. Il ressemble que ces deux problèmes se réunissent à sa périphérie partagé, à peu près dans notre région.

La région Rhin-Meuse

 
La situation paléogéographique à 5700 avant J.-C., juste avant la montée de la culture Rubanée dans la région Rhin-Meuse, (qui est à environ 5300 av J.-C. ), à la fin des dépôts
de de Calais I, pendant la phase de la transgression de la mer, des couches de tourbe étaient remplacés par des dépôts argileux de la mer. (Voir par exemple, Denys 1989) (2).Le littoral à cette époque était situé à une distance d'environ 20 km à l'est (intérieur) de la côte actuelle, et les criques de mer larges volé à 35-40 km à l'intérieur. Le littoral déplacé plus à l'est dans les dépôts II Calais, qui se sont terminées ca 4200 avant J.-C. , ont laissé  une lagune d'eau saumâtre grande (environ 15 - 20 km de large) derrière les dunes. Juste derrière cette zone, on trouve les grands
marais couverts  de la région, qui ont constitué la base de tourbe (jusqu'à 35 m de profondeur ) du Nord-et du Sud-Hollande.

Dans une extrapolation, basée sur la surface accessible grossièrement estimée de 100 0.000 km ² du total  de 180,000 km ²(3) du bassin de la mer du Nord, pour un habitant de chaque 10 km²  durant la période Mésolithique, nous comptons ca 10.000 habitants dans la région de la zone de l'ancien bassin de la mer du Nord.  
Si seulement aux Pays-Bas de 2000 personnes auraient vécu durant le Mésolithique (estimée au moyen de «tribus de dialecte» Kooijmans, 2005), nous remarquons 10,000 serait un très grand nombre. Même quand on prend la moitié de ce nombre, donc 5000, ce serait encore un grand nombre, 2,5 fois plus que la population indigène totale des Pays-Bas au cours du Mésolithique.Ainsi, la croissance des populations mésolithiques dans le  Mésolithique final dans la Belgique et les Pays-Bas peut-être n'aurait pas seulement été le résultat d'un meilleur climat (la température moyenne annuelle s'élevait à environ 2 degrés Celsius au-dessus actuellement), avec pour conséquence  l'augmentation de la chance pour la chasse - plus d' habitats), mais aussi pourrait avoir été causé par la dispersion des groupes de chasseurs-cueilleurs, venant de l'ouest et la recherche de nouveaux territoires.
 

Exemples de migrations à cause des  changements climatiques sont normales pour les humains (McLeman et Smit, 2006). Seulement un petit peu d'élévation du niveau de la mer iin déjà les pays à faible pourrait conduire à une perte importante de terres disponibles en Belgique et aux Pays-Bas (4)
De nouvelles stratégies, une question des fins de chasse, dans une rayon d'environ 10 km autour d'un site, il y avait suffisamment de nourriture pour un groupe de rester sédentaire toute l'année (Rozoy, 1998).  
Cela depends aussi de l'emplacement du site dans le paysage, ce qui indiquerait la possibilité importante pour les chasseurs-cueilleurs mésolithiques de choisir un mode de vie sédentaire. Si la Culture Rubanée,  comme un groupe d'agriculteurs ont  été migré par simplement  surpassé le  nombre des populations indigènes , ils auraient utilisé une partie importante de la zone de  la territoire originale des  chasseurs-cueilleurs, pour construire leurs fermes et utiliser le paysage pour l'agriculture. Les sols de  loess, sur les plateaux fertiles, étaient de moindre intérêt pour les chasseurs-cueilleurs, comme les vastes forêts de tilleuils sombres,  ne sont pas très propices à la chasse, comme les populations mésolithiques chassaient les animaux les plus grands (Rozoy, 1998).  

Seuls les bords du plateau ont été utilisées pour la colonisation, en particulier sur les plus hautes collines ( souvent des anciens dunes  a coté de la fleuve) sur les sols calcaires, qui étaient faciles à ouvrir, ont été bien drainé et peuvent se réchauffer rapidement.Les vallées, au contraire, ont été très utiles aux chasseurs, car ils étaient les terrains de chasse les plus importants: c'est là que l'aurochs et le cerf rouge ont vécu et ici on trouve aussi des zones marécageuses avec des eaux stagnantes et une diversification des habitats  à cause d'un certain nombre des gradients (humide - sec, les différences de niveau, l'intensité de la lumière, les plantes terrestres).Les  espèces d'Holocène fauniques vivaient plus isolés ou en petits troupeaux et si les territoires humains ont été diminués en surface, cela nécessite une intensification des ressources particulières à l'intérieur d'une zone plus petite (Eichmann, 2004). 
Stratégies de chasse passifs (comme pièges) aurait pu être ajouté pour la compensation d'une diminution de mobilité (Binford, 2001 Holliday, 1998).Pour le Limbourg-Sud et les zones adjacentes, la question est de savoir pourquoi les colonies Rubanées  étaient situés dans la région Graetheide et pas  dans la région plus au sud, où une couverture de loess fertile similaire est présent sur les terrasses fluviatiles moyennes, l'accès à la région  riches en sources de silex ,  sources d'eau , localisé dans de  un bon paysage, varié de la végétation naturelle potentielle. Une des causes a été donnée par Mme Dr. Bakels, comme elle soutient que la zone sud du Limbourg  n'a pas été une zone localisé près de l'eau libre facilement accessible, comme la Meuse a des berges abruptes ici (Bakels, 1982). Cependant, en dehors de la site Rubanée connu sur le haut plateau de Maastricht-Cannerberg, qui a été situé en haut sur le plateau au-dessus du ruisseau Jeker, de nombreux localisations sur les   terrasse moyen nes peuvent former des endroits dans l Limbourg-Sud , semblable à celle d'Elsloo et Stein (situé à une partie aplatie de la terrasse moyenne), par exemple, près de Maastricht-Amby, et plus vers le sud, près de Gronsveld (où des traces auraient été perturbés par la construction du village) et même près de Eijsden, Eijsden-nord-est de Poelveld), aurait pu être approprié pour les immigrants Rubanées à régler, mais ils n'ont pas. .Ceci est important, en raison de la question, si - en particulier le long de la marge Rubanée -une économie alimentaire changeant,  non seulement aurait été le résultat d'une croissance de la population, la disponibilité du territoire aussi aurait pu être «divisé» dans un "accord général" acceptée dans un   respect «logique» des parties du territoire.(5) Dans un tel cas, cela pourrait aussi bien avoir été le résultat d'une attitude coopérative entre les indigènes et les immigrés, ou il s'agit d'une nouvelle division du territoire par la population indigène, auquel cas la Rubanée peut -être est considéré comme l'acculturation d'une partie seulement de la les peuples indigènes . Si les territoires sont devenus trop petits pour trouver suffisamment de nourriture pour tout le monde et il est devenu une certaine pression sur le paysage naturel et les ressources alimentaires au cours de la période mésolithique final et tardif, (qui ne peut toutefois pas être éprouvée dans les pollendiagrams), il est tout à fait possible de l' nouvelle économie agricole a été adapté seulement par une partie des groupes de chasseurs-cueilleurs, au moyen d'acculturation partiellement, laissant une autre partie des chasseurs-cueilleurs dans son ancien mode de vie,  semblable à ce que nous trouvons aujourd'hui, par exemple dans Afrique, où à la fois un mode de vie nomade et un mode de vie sédentaire (et des formes mixtes) est coexistent. Au Néolithique -Moyen (environ 4600 -4000 avant J.-C.), une situation similaire aurait existé dans la région du Sud-Limbourg et la région de Campine belge, où la zone de sable  a été peut-être utilisé comme un "reserve  naturel" pour  les  chasseurs- cueilleurs de la région....
 
  Le changement vers une économie agricole aurait lever la pression pendant un certain temps: une partie du territoire a été «abandonné» à pratiquer l'agriculture, tandis que les zones les moins fertiles ont resté comme des  zones de chasse. Dans un tel cas, la périphérie de la Rubanée peut être considéré comme un «essayer» des peuples indigène qui ont été forcés de le faire en raison de la croissance démographique. (6) Un effet secondaire c'est que les zones les plus fertiles ne sont pas nécessairement les meilleures zones de chasse, de sorte que l' "essayer de l'agriculture"  ne veut pas dire une grosse attaque sur les sources alimentaires nécessaires existants. En commencer à utiliser les emplacements les plus fertiles et adéquate sur le territoire, les agriculteurs ont laissé  le plateau du  Limbourg-Sud  totalement vide (seulement quelques artefacts Rubanés  ont été trouvés ici), probablement aussi à cause des nombreuses mines de silex qui se trouvent ici. Au cours de la première période du Néolithique, ces mines étaient encore mines  de silex  «type eluvium" de surface, qui ont été recueillies à la surface du sommet des collines et des versants, et de ces types de mines, il ya de nombreux affleurements dans le sud du Limbourg (7). 
La Rubanée dans le Limbourg est généralement considéré comme un groupe de personnes qui ont immigré et évidemment ont pris  le territoire et s'est comporté comme l'ensemble du territoire leur appartenait pendant des siècles....
Avec une frontière qui changeait tout le temps,  la  mode de vie Rubanée,  ce n'est toutefois pas étrange que tous les cueilleurs chasseurs indigènes ne sont pas  devenu facilement influencé, et par exemple  le bétail et le grain n'a pu être trouvée loin de  la frontière du territoire,  dans le sud-est dans le Vallée du Rhin en Allemagne-, où l'on trouve la plus ancienne de la Rubanée (nommé Rubanée Ia, ou en anglais eLBK). Des dizaines de petites sites Rubanés et des découvertes uniques de pointes de flèches, des herminettes et de la poterie qui ont  été retrouvés dans la zone adjacente de sable du Limbourg Central, (au nord0 qui est aussi le lieu où l'on trouve la plus forte densité en sites du  Mésolithique final. ( De Grooth, 1991 et Van de Velde, 1991). Cela indique ces camps ont été abandonnés en faveur de la Rubanée (mode de vie?), parce que la raison de tels sites de camps étaient situées dans ces zones ne sont pas seulement des camps  de chasse, mais ils ont été utilisés comme camps de base, voir par exemple le Mésolithique de la région Venray où plusieurs clusters des sites mésolithiques ont été trouvés près d'affluents du ruisseau qui s'appelle  "-Loobeek" (Verhart, Wansleeben 1989).
  
L'exploitation d'un mine de silex  comme à Banholt, où des  grands trous ( aussi assez profond, jusqu'
à 2-3 metres) ont été creusés pour atteindre le silex désiré, et où un certain nombre d' ateliers ont été détectés à proximité, pour la production des produits semi-finis des outils et des éclats pour être transporté vers le nord et l'est ( comme à l'Aldenhoverplatte en Allemagne) (Brounen / Peeters 2000/2001) toutes ces activités auraientt certainement été remarqués par les indigènes chasseurs-cueilleurs - si au moins is ont  été autorisé à les utiliser, mais pour l'instant c'est encore une grande question ...
Comme il n'y a aucun signe dans la zone d'une bataille entre les 'agriculteurs' et les chasseurs mésolithiques - cueilleurs dans toute la région, cela signifie que soit les chasseurs-cueilleurs mésolithiques ne dérange pas les immigrants de  la Rubanée d'utiliser les territoires du Limbourg -Sud et dans certaines régions adjacentes (comme Limbourg Central) pour leurs activités agricoles, l'exploitation minière de silex et, par exemple pour l' transhumance (8) ou, dans le cas de l'acculturation, l'occupation de la Rubanée peut être considérée comme une adaptation à un évolution (partiellement ) (9) d' un économie alimentaire par les indigènes. Dans ce dernier cas, la fortification des coloniesRubanées durant les phases finales pourrait également être le résultat de conflit d'intérêts au sein de la  population chasseur-cueilleur "divisée », comme  l'agriculture exige toujours plus de terres où la population agricole est en augmentation, alors que dans le même temps  la partie de la groupe chasseurs- cueilleurs qui chassait,  allait rester plus ou moins stable.  L'expansion des camps du début jusqu'à la fin de la Rubanée demontre que la population a été vraiment augmentée, donc cela aurait été un grave problème, surtout si l'expansion dans d'autres régions n'était pas conforme avec l'accord »au découpage du territoire. 
Ainsi, la densité centroïde du camps pendant le mésolithique final  dans la région sablonneux du Limbourg  (mais pas dans le Limbourg-Sud) et le nombre de trouvailles Rubanés isolés  / petits camps Rubanés dans cette partie de la région  pourrait également refléter une relation beaucoup plus étroite entre les peuples indigèneset la Rubanée, et comme indiqué précédemment, même marquer une acculturation possible par les membres des mêmes groupes qui ont appartenu à la même tribu (p.e. la tribu dialecte, ou , RMS/ B (Crombé et al. 2009), conduisant à une mode de vie  séparée dans le même territoire.

L'augmentation du nombre de sites a déjà été observé pour les différentes périodes de l'Mésolithique, ce qui reflète la croissance de la population de chasseurs-cueilleurs, qui est généralement expliquée par l'augmentation de la diversité des habitats. Il est remarquable, nous remarquons l'utilisation de la poterie en  sites du mésolithiques final  sur la périphérie de la Rubanée , par exemple, à Weelde (près de Turnhout en Belgique) et à  Oleye (près de Waremme, Belgique) (Keeley à Thorpe, 1999), autour de 30-40 km sur les sites les plus proches Rubanées ... 
Même dans la région de la côte de la mer  belge, à Doel, la céramique a été trouvé dans un contexte Mésolithique final , sans traces d'une économie alimentaire en mutation. (Innes, Blackford & Rowley-Conwy, 2003). Est-ce le reflet de la situation particulière de la périphérie de deux différents modes de vie culturels fondre ensemble et la disparition du «Mésolithique»? Une question très intéressante est le fait que le silex de  Rijckholt a été trouvé dans des sites Rubanés anciens en Allemagne. (Gronenborn, 1990) La question c'est, comment ce silex de Rijckholt a été transporté à l'Allemagne et qui  à ce moment a fait l'exploitation de la mine de silex Rijckholt? Dans ce cas, la théorie de Mr.  Gronenborn, qui pense que  les gens du Mésolithique ont joué un rôle prépondérant dans la diffusion du silex, s'inscrit dans une autre théorie, à savoir que la région minièrede silex aurait quand même  contrôlée par (autre partie) des chasseurs-cueilleurs mésolithiques-groupes au cours du Néolithique ancien. (10) 
Dans ce cas, ce serait une partie d'une sorte de "contrat" ​​dans le partage et le contrôle du territoire, comme indiqué précédemment dans cet article. Comme en France, près de la ville de Thionville (la région de Lorraine française), des lamelles en silex Rijckholt ont été remarqués sur un site mésolithique tardif (remarqué  par JY Ringenbach, voir par ailleurs sur ce blog: petits outils de Saint-Geertruid  en Anglais: small tools from St. Geertruid)) (Spier, Ringenbach , 1997), ce qui pourrait aussi plaider pour l'exploitation possible et la distribution de silex du Ryckholt pendant le  mésolithique tardif par groupes dans la région et cela soutient l'idée que les locaux des groupes de chasseurs-cueilleurs ont été au moins intense liée à celle de la Rubané plus tard. Les trouvailles de très petites éclats retouchées près d'un site  Rubanée ( pas loin de Tilice-Liers (B), récemment remarqué par l'auteur), pourrait aussi refléter une tradition tardive Mésolithique liée à la Rubanée. Dans le travail de Belland, nous trouvons la relation entre les pointes de projectiles de -Mésolithique final  et le développement possible de la pointe Rubanée a base asymétrique à partir d'anciennes  pointes  mésolithiques (Belland et al., 1985).La classification des groupes mésolithiques tardive par l'Allemand Mr. Arora , basée sur la typologie de microlithes, montre le vaste territoire de la «Teverener Gruppe», dans la Meuse, ainsi que beaucoup plus au sud, dans certaines parties du Nord de la France et le Luxembourg ( région de la Moselle, près de Trèves) (Arora, 1976), cela correspond à l'idée que ce vaste territoire avec toutes les ressources (y compris les précieuses mines de silex dans le nord du territoire ) «appartenait» à des chasseurs-cueilleurs mésolithiques. L'interrelation entre les chasseurs-cueilleurs du Mésolithique et la Rubanée  a également été remarqué pour la typologie des pointes de flèche (Thévenin, 1995, Robinson 2008). 

Le Mésolithique voie de disparition: transformation  en une économie agricole?
 L'augmentation de la population Mésolithique probablement  a conduit  à un modèle d'auto-renforcement, où la population a dû adapter leur mode de vie et a obtenu moins nomades, changer la façon dont ils ont utilisé leurs territoires économiquement, influencé (vous ne pouvez pas être influencé si votre esprit n'est pas ouvert, de sorte que vous pouvez adapter de nouvelles choses) par de nouvelles idées culturelles telles que l'agriculture, qui pourrait donner une bonne chance pour les approvisionnements alimentaires prévisibles dans l'avenir. Cela pourrait se traduire au mieux dans la région sablonneux  du Limbourg Central , où les camps  du mésolithiques final avec l'uniformité grande dans les assemblages d'outils (Wanleeben, Verhart 1989) tout d'un coup « ont disparu" . 
Bien que la Rubanée estla culture néolithique le meilleur  étudiée pour notre région, les questions les plus importantes concernant la transition entre le Néolithique- Mésolithique restent sans réponse: quelle est la relation entre les peuples indigènes et la Rubanée ? 
La conception presque généralement reconnus du Néolithique - vague d'immigration (Danubien) de l'Est dans notre région pourrait au moins être maintenue contre la lumière par étudier  l'évolution des territoires et d'une population indigène en croissance constante( pour la période mésolithique en total)  et les réponses possibles à cela et à la volonté de l'acculturation et l' l'influence culturelle des régions voisines. Les sites mésolithiques dans  Limbourg Central sont pour la plupart pure, ( alors pas mixte avec le Néolithique, mais souvent avec le Mésolithiqe moyen/ ancien)   mais pour le Limbourg Sud  toutes les  sites (en surface) sont généralement qualifiés de « palimpsestes avec une grande profondeur de temps", couvrant plusieurs autres périodes, surtout le Néolithique, probablement en raison de bonnes  caractéristiques de l'emplacement du site (approvisionnement en eau à proximité, les sols drainés, etc.).
Sur trois sites, Visé-Caster, Maastricht-Neercanne et Saint-Geertruid - Rijckholt VR08 de faibles concentrations de micro-lamelles, de petits percoirs et foreuses ont été trouvés, clairement séparé d'un site à proximité du Néolithique / zone d'activité néolithique, mais depuis les trois emplacements sont trouvailles de la surface , il n'est pas indiqué, cela signifie la présence du Mésolithique à proximité d'un site néolithique, mais il est possible.
Or-ce que cela reflète la différenciation spatiale de l'activité à l'intérieur ou à proximité de sites néolithiques? À mon humble avis, la clé pour comprendre la première néolithisation de notre région, sera peut-être pas être trouvé par une meilleure connaissance ou plusieurs trouvailles de la Rubané, mais au contraire, par la découverte de beaucoup plus de  sites du Mésolithique final /tard  (ou des trouvailles uniques), en particulier dans les régions typiques pour la Rubané et dans les zones adjacentes les plus proches. De cette façon, je crois aussi que les artefacts recueillies de surface , à condition qu'ils soient très soigneusement consignés, peuvent jouer un rôle dans une meilleure compréhension du Mésolithique dans la région élargie.


Remarques du texte(1) Le paléoenvironnement du bassin de la mer du Nord a été caractérisée par une grande diversité de biotopes, et de  nombreuses découvertes de l'ossements de mammifères à  "Doggerland" prouve que c'était une région riche en gibier.
 (2) Voir quelques images, au-thèse en ligne, des modèles géochimiques dans les sols de Zélande par Spijker, 2005  Geochemical patterns in the soils texte en Anglais
 (3) Pas y compris  la surface des lacs, des rivières, des marais, etc. Le nombre choisi est arbitraire, ce qui réduit les terres accessibles avec près de la moitié. La zone du bassin de la mer du Nord aurait été le territoire d'un seul groupe Mésolithique, pendant la Mésolithique ancien, comme la surface des territoires dans cette période ont été estimés 230.000 km ² environ, pour le Mésolithique moyen c'était ca. 80.000  km ², et pour le Mésolithique final  environ  km² 30.000. (Prix 1981)(4) Voir aussi les perdus sur le territoire d'une hausse du niveau des mers de seulement +1 mètre aux Pays-Bas par le carte  FloodMaps, la hausse du niveau des mers m +1 
 (5) Un accord au sujet d'un zone  «non - agricole«  Limbourg du Sud est bizarre, mais cela pourrait très bien avoir été le résultat d'un accord, où les populations indigènes ont séparé les activités, soit une partie a la chasse, l'autre partie l'agriculture(6) Une telle idée d'essayer de nouveaux mécanismes est quelque chose que nous reconnaissons aujourd'hui, poussés par une croissance démographique de plus en plus, nous savons maintenant que la gen-technologie; mais pas si longtemps, nous avons développé les engrais, les pesticides, les herbicides, souvent avec des conséquences désastreuses pour l'environnement et la santé humaine. On l'accepte.  Ces "changements expérimentaux dans l'économie alimentaire» sont également utilisés par une partie de la population, que nous avons au meme temps  la nourriture biologique, des aliments non génétiquement modifié, etc Maintenant, nous avons un choix réel comment le fairemais au Néolithique , ils n'ont pas.(7) Non seulement les endroits bien connus comme Rijckholt et Banholt contenu de type eluvium silex, qui était relativement facile à creuser, de nombreux autres endroits sont connus au Limbourg Sud , tels que Trichterberg, Schiepersberg, Riesenberg, Hoogbos, etc, alors  de nombreux endroits où les horizons de loess ont été érodés et la roche calcaire érodé avait été dissous, de sorte que les rognons de silex étaient relativement facile à trouver. Le creusement du silex par la Rubané dans la plus ancienne mine de silex, connu de la région à Banholt, suggère qu'ils avaient la permission de le faire. Ou, dans le cas où la Rubané était une groupe d'émigrants, les chasseurs-cueilleurs avaient peur pour eux?(8) Les interactions possibles violents entre agriculteurs et chasseurs-cueilleurs pendant le néolithique ancien sont suggérées par Keeley et Cahen, (Keeley, Cahen, 1989) interprètent aussi par les enceintes fortifiées du sites Rubanées, mais cela pourrait également refléter conflits intercommunautaires.(9) En plus des animaux comme les moutons, les bovins et les porcins, la Rubanée chassaient aussi l'aurochs et le cerf rouge. Dans une excavation à Cuiry-les-Chaudardes (France), le sanglier et le chevreuil ont également été remarqué, et même le castor. Au début de la période Rubanée, la partie de chasse était plus grand que à la fin. Une autre trouvaille remarquable de cette fouille était, les valeurs les plus élevées pour les animaux sauvages en général (de 23,8% à 41,1%), et en particulier le sanglier, se produisent dans de petites maisons, comme dans les grandes maisons les animaux domestiques ((de 91,3% à 96%) semble avoir préféré sur le menu. (Hachem, 1997), ainsi que les différentes espèces domestiques qui semble avoir été utilisé que dans une partie spéciale de la colonie. Est-ce en raison de la théorie, une partie des chasseurs-cueilleurs autochtones ont encore la chasse, en utilisant les petites maisons, et une autre partie est devenu un fermier, en utilisant les grands bâtiments?
 (10) Les lamelles petits remarqué près de Saint-Geertruid par l'auteur, sont réalisés dans une technique de percussion indirecte très fine sur une plate-forme préparée. Jusqu'à présent, les noyaux n'ont pas été retrouvés, mais il a été remarqué aussi, des outils très petits ont été produites sur les plates-formes préparés à base de nodules très grandes, qui ont été laissés sur le terrain. Cependant, ce n'était pas adapté à la production réelle de lamelles petits, car il y a en moyenne 1 à 4, maximum 5 négatif lamellaires qui sont  visibles.

bibliographie/ références : voir en haut

Some references on the possible acculturation of the LBK in North Western Europe and beyond
Quelques références sur l'acculturation possible de la Rubanée en Europe de Nord Ouest et au-delà


Bailey, G. Spikins, P. ( 2008)   Mesolithic Europe ; Cambridge University Press  from pp 219


Cramon-Taubadel N. von &  Pinhasi R.  (2011) Mosaic model of Neolithicdiffusion;  Cultural Neolithic diffusionto outlying regions of Europe Proceedings of the Royal Society  Biological Sciences
Cristiani E., Pedrotti A, Gialanella S, (2009) Tradition and innovation between theMesolithic and Early Neolithic in the Adige Valley (Northeast Italy).New datafrom a functional and residues analyses of trapezes from Gaban rockshelter Documenta Praehistorica XXXVI 
Hall, K  (2012) Farmer vs. Forager? DissolvingBorders During the Meso-Neo Transition; PDF version of a talk also presented at the "Breaking Boundaries" inter-disciplinary conference held at Durham University 25th -26th November and Central TAG 2011.

Kneen, S. (2010)  The Mesolithic-Neolithic transition of north-west Europe: climatic change, human impact and the adoption of agriculture. Dissertation University of Liverpool
Out W., (2008)  Gathered Food Plants at Dutch Mesolithic and Neolithic Wetland Sites
Baker et al., Food and drink in Archaeology I Academia Edu version PDF
Robb J. & Miracle P.  (2007)  Beyond ‘migration’ versus ‘acculturation’: new models for the spread of agriculture ; in Going Over: The Mesolithic-Neolithic Transition in North-West Europe ; Published by British Academy

Woodman,  P. C. (1977), Problems of Identification of Mesolithic Survivals in Ireland
Irish Archaeological Research Forum Vol. 4, No. 2 pp. 17-28

Internet articles
Aticles Web

Dieneke's Anthropology blog :( 2011)  The deathof "acculturation" as a model for European farming dispersal (JSTOR org)

No comments:

Post a Comment