2012-10-26

Sea - shells from the Hesbaye, Belgium

[Texte en Francais voir ci -dessous en italique défiler vers le bas svp]
The Belgian Hesbaye region, in purple. Source: Wiki, liscensed under GNU Free documention Liscense
La région Hesbaye en Wallonie, Belgique, en violet foncé

Introduction
At a field in the Belgian Hesbaye region  northwest  of the city of  Liège, several shells were found by Jean-Jo Paquay. The field is known for its Early Neolithic finds, from the period of the Linear Bandkeramik, but finds from other, earlier periods do occur. As the shells are obviously sea- shells and the field is located almost 200 km from the nearest sea (Northsea) it is clear these shells has been transported here by humans.
The find of one pierced  shell makes the presence of such shells at a field in the Hesbaye region more remarkable.

The shells of Hesbaye
The shells are most certainly of the species Rayed Artemis , Dosinia exoleta cf.(1) a commonly spread shell that lives in the North Sea , more to the south in the seas around  the Iberian Peninsula, in  the Mediterranean and the Black Sea, along the Atlantic coast of Morocco and to Madeira and the Canary Isles. From the Midi-Holocene, Dosinia exoleta was determined by radiocarbon dating in the North Sea and the Kattegat has Denmark (3360-2750 BC), (Bennike Rasmussen Aaris-Sørensen 2008).
Determination features are as follows: the shell has a substantially circular periphery and a slightly curved umbo (top) that is slightly out of the center. Just below the umbo, right at the curve, lies a half oval patch, 'moon shaped ', very well visible at the shells inner side. The texture of the shell consists of fine concentric ridges, thus extending parallel to the bottom edge . The lower edge of the shell is smooth

















Images: the shells from the Hesbaye region, with below the on that has been pierced, seen from the inside.
Images: les coquillages de la région de Hesbaye, avec en dessous de celle qui a été percé, vu de l'intérieur.
(Images par Jean-Jo Paquay) 

The possible archaeological context
The shells were found at a field, where stone age finds were common.The shells do not have a very altered look, but the original position in the stratigraphy is unknown.
Pierced shells are found regularly in a prehistoric context.In the Sinai desert, during the Neolithic  a large scale industry based on shells for the production of beads existed ( Bar-Yosef-Mayer, 1997), shells used as tools are reported from Northern Spain ( Cuenca  & Gutiérrez - Zugasti,  2010) and for the final Mesolithic to Early Neolithic shells were reported by Stiner (2003). In some early Neolithic burials snail shells were found, which were regarded a Mesolithic habit (Lenneis, 2007), so the use of shells in burials could possibly regarded as a Neolithic invention, coming from the south (-east)  of Europe.
Pendants of the Theodoxus shell and Spondylus shells, serving as grave goods in a Neolithic burial context, have been found in Poland,at Wielkopolska (2). The Spondylus shell is associated to the Linear Pottery culture.(Nieszery, Norbert & Brienl 1993; De Guzman, 2004; Lenneis 2007; Krause 2011). Dosinia shells are reported amongst many other species from a Neolithic context  from the Orkney islands of Scotland  (Anna, 1983) .

Pierced shells: natural cause or made by humans?
It is clearly visible the shell is pierced. Pierced shells are commonly found at the beach, as we can see by pictures at the internet:
# Picture by Sandys Sundries  pierced Dosinia elegans     and Dosinia elegans close up  
# Picture by P.B. Mitchell pierced Dosinia discus
# Picture by Jos van der Broek image of pierced Chamelea
Naturally piercing of a shell could happen by a predator, a snail called  Euspira pulchella ( Common necklace shell) (3) that makes a hole in the shell to eat the inside of the shell. The hole is, of course, made from the outside to inside by this predator, causing a small raised edge.At the shell, found at the field in the Hesbaye, both pierced sides are looking the same, with a raised edge, suggesting the hole was made by drilling from two side : from the outside and inner-side.This gives the impression it was man made, with a purpose. Is there an archaeological context for it?
Suface finds have no direct archaeological context and information must be obtained from features of the object, relations between coherent finds and typological characteristics.
Shells are used by humans for food consumption, juwellery and as a tool (e.g.  for carving the pottery, or for the use of real flaked tools ( Tyree 1998)).
Finds of pierced snaill shells  from the Cro Magnon caves of the Perigord in the French Dordogne (4) prove . humans were attracted to the special, natural beauty of shells. Just make a hole in the shell and make a
a bracelet or a necklace. This would not only refer to a form of art, but would also be a sign of social discriminating.

As other clearly prehistoric, early Neolithic objects were found at the field, like a small axe out of phtanite ( herminette) and many early Neolithic flint tools, these shells could have been part of a Neolithic society i.c. a  burial, probably of the Linear Band Keramik; the nearby site has been officially recognized belonging to the Early Neolithic (LBK), and at the field ... "There are  no medieval finds, but possible pieces of Roman pottery identified by Titine (PL)" ( cit.  Jean JoPaquay, by personal communication).
The 113 Linear Band Keramik -burials in the region, found at Elsloo (NL)  do not show such grave goods like beads of sea shells or snail shells (Modderman, 1970). Eleven burials of the LBK were found at the Lanakerveld north west of Maastricht  ( van Wijk, Beurkens 2008). The gifts found in the graves generally are consisting of pottery, flint tools, grinding stones,  and arrow points and pigment stones ( hematite, graphite). 
 From other countries  more familiar kinds of gifts are reported, such as bone combs and beads, pendants and belt buckles of the Spondylus shell and jewelery made ​​from snail shells. The nearest  find of a sea shell related to to the Hesbaye region, is a Spondylus shell found at  Adlerberg near Worms, Germany, found in a burial of a woman (Glory, Abbé A., 1943). This is ought to be the most northern place of the prehistoric anthropogenic dispersion of this shell, originating from the Mediterannean.
Preliniary conclusions
A pierced shell was found in the Hesbaye region, among other shells and Early Neolithic artifacts.
Although holes in shells could have a natural cause, it looks like the hole in the shell  has been made by humans.With a lack of stratigraphic information and the unclear relation of the shells with other finds it is hard to make any statements about the period these shells could be brought at the location.
Every  conclusion  for the prehistoric period however is too big and premature,  if no other, additional evidence is found.

(1) The determination is based upon information from the Marine bivalve shells of the British Isles, and shell pictures of the Natural History Museum Rotterdam  and  Marine Species determination.  
The species D. exoleta is cf., there  is a possibility the species is D. Anus, this is not well visible by a picture.  The shell also has similarities with the Chamelea striatula - species, but the shells are only up to 3,5 cm wide.
(2) At Wielkopolska (Poland) the  Spondylus (sea shell) and Theodoxus  (snail- shell)  beads were found, in Neolithic burials, see this  image of the burial and the position of the shells by The Institute of Prehistory of the Adam Mickiewicz University in Poznań. Spondylus in the archaeological record see: Spondylus studies, where we find this picture of a pierced shell, used as a pendant.
(3) For a description of this sea snail see: MARbef  Data system Euspira pulchella


References:
Anna, R. ( 1983)  Excavation of a Neolithic farmstead at Knap of Ho war, Papa Westray, Orkney PDF ;

Proc Soc Antiq Scot, 113 (1983), 40-121


Bar-Yosef Mayer, Daniella E. ; (1997)  Neolithic Shell Bead Production in Sinai; Journal of Archaeological Science Volume 24, Issue 2, pp. 97–111


Bennike , O., Rasmussen P, Aaris –Sørensen K.  ( 2008) The harp seal (Phoca groenlandica Erxleben) in Denmark, southern Scandinavia, during the Holocene; Boreas, Vol.37, pp. 263–272.
Cuenca D.  & Gutiérrez  - Zugasti, I. ( 2010) Shell tools in an early Neolithic coastal site in the Cantabrian region (Northern Spain): experimental programme for use-wear analysis at Santimamiñe cave in BoneCommons, Item #1068 http://www.alexandriaarchive.org/bonecommons/items/show/1068 (accessed October 25, 2012).
Glory  Abbé A. (1943)  L'emploi du foret en silex à l'époque néolithique


lien Bulletin de la Société préhistorique de France Vol.  40   Iss.   1-3  pp. 36-40 [Persée] pp 38
Guzman, M. J. de  (2004) Bandkeramikpit contents and stratification: a relational analysis investigating structured deposition PDF , Ethesis Durham, University of Durham, Department of archaeology
Krause, Rüdiger ( 2011 ) Stierkopf, Spondylus und verziertes Knochengerät: Neue Funde aus der bandkeramischen Siedlung von Vaihingen an der Enz, Kreis Ludwigsburg. Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg 2000: 23-27. Stuttgart: Konrad Theiss Verlag. 


Lenneis, E (2007) Mesolithic heritage in Early Neolithic burial rituals and personal adornments PDF  ; in Documenta Praehistoriae XXXIV pp 4-15
Modderman P.J.R. (1970) Linearbandkeramik aus Elsloo und Stein. s-Gravenhage, Analecta Praehistorica Leidensia  3 1970
Nieszery, Norbert & L. Brienl ( 1993)  Zur Trageweise des Spondylusschmucks in der Linearbanderkeramik. Archäologisches Korrespondenzblatt 23(4): 427-38.


Stiner M.C (2003) Mesolithic to Neolithic transitions: New results from shell-middens in the western Algarve, Portugal. More Info: Stiner, M. C., N. Bicho, J. Lindly & R. Ferring. 2003. Mesolithic to Neolithic transitions: New results from shell-middens in the western Algarve, Portugal. Antiquity 77(295): 75-86.
Tyree, K.D. (1998) Prehistoric Significance of Non- ornamental Modified Shell Implements from Baja California, Mexico PDF; Pacific Coast Archaeological Society Quaterly, Vol. 34, NR. 3

 van Wijk I. & Meurkens L., (2008) Tussen Graetheide enHeeswater. Nieuw zicht op de bandkeramische bewoningsgeschiedenis van de Cabergbij Maastricht  PDF (NL). Notae Praehistoricae, 28/2008 : 73-86

  
Related websites/ articles

Lilian Karali ( 2008)  Les Apports de la Malacologie à l’Archéologie – article 

Environmental archaeology, Greece

                                                                  [Texte en français]
Introduction 
Sur un champs, dans la région de Hesbaye belge, au nord-ouest de la ville de Liège, plusieurs coquilles ont été trouvés par Jean-Jo Paquay. Le champ est connu pour des trouvailles du Néolithique ancien , à l'époque de la rubanée linéaire, et  les périodes antérieures. Comme les coquilles sont évidemment coquillages et le champ se trouve près de 200 km de la mer (Mer du Nord), il est clair que ces coquilles ont été transportées ici par l'homme. La découverte d'une coquille percée rend la présence de ces coquilles à un champ dans la région de Hesbaye plus remarquable.
 

Les coquilles
Les coquilles sont  très probablement de l'espece Dosinia exoleta (1) une coquille communément répandue qui vit dans la mer du Nord, plus au sud, dans les mers autour de la péninsule Ibérique, dans la Méditerranée et la mer Noire, le long de la côte atlantique de l'Maroc et à Madère et aux îles Canaries. A partir du Midi-Holocène, Dosinia exoleta a été déterminé par datation  au radiocarbone dans le Mer du Nord et le Kattegat a Danemark ( 3360–2750 BC), ( Bennike,  Rasmussen , Aaris –Sørensen 2008).

Détermination des caractéristiques est basée sur  les caracteristiques suivantes: la coque présente une périphérie sensiblement circulaire et un umbo légèrement incurvée (en haut) qui est un peu en dehors du centre. Juste en dessous de l'ombilic, à droite de la courbe, se trouve un patch demi-ovale, «en forme de lune», bien visible sur le côté intérieur des coquilles. La texture de la coquille est constituée de fines nervures concentriques, ainsi parallèle à l'arête inférieure. Le bord inférieur de la coquille est lisse.

Le contexte archéologique possible 
Les coquilles ont été trouvées dans un champ, où trouvailles de l'âge de pierre sont commun.  Les coquilles n'ont pas un presence très altéré, mais la position initiale de la stratigraphie est inconnue. Coquillages percés se retrouvent régulièrement dans un context préhistorique.  Au  désert du Sinaï, au Néolithique, une industrie à grande échelle basée sur les coquilles pour la production de perles existaient (Bar-Yosef-Mayer, 1997), les coquillages utilisés comme des outils sont signalés en Nord de l'Espagne (Cuenca & Gutiérrez - Zugasti, 2010) et pour le Mésolithique finalpremiers coquilles néolithiques ont été signalés par Stiner (2003). Dans quelques coquilles d'escargots sépultures du Néolithique ancien, ont été trouvés, qui ont été considérées une habitude Mésolithique (Lenneis, 2007), alors l'utilisation de coquilles dans des sépultures pourrait etre considérer comme une invention Néolithique, en provenance du sud (-est) de l'Europe. Pendentifs de la coquille Theodoxus et coquilles de l espece Spondylus, servant de mobilier funéraire dans un contexte funéraire néolithique, ont été trouvés en Pologne, Grande Pologne (2). La coquille Spondylus est associé à la culture de poterie linéaire Rubanée (De Guzman, 2004; Lenneis 2007). Coquilles de l'espèce Dosinia sont rapportées entre  de nombreuses autres espèces de bivalves,  à partir d'un contexte néolithique des îles Orkney de  l'Écosse (Anna, 1983).



Coquilles percées: cause naturelle ou créée par l'homme? 
Il est clairement visible la coque est percée. Coquillages percés sont généralement trouvés sur la plage, comme on peut le voir par les photos à l'internet:

# Photo de Sundries Sandys percé
pierced Dosinia elegans     et  Dosinia elegans close up  en détail

# Photo par P.B. Mitchell 
percé Dosinia discus

# Photo par Jos van der Broek l'image 
image of percé de  Chamelea
 

La perçage naturelle d'une coque peut arriver par un prédateur, un escargot appelé Euspira pulchella ( "la petite natice ") (3) qui fait un trou dans la coquille pour manger à l'intérieur de la coquille. Le trou est, bien sûr, fait de l'extérieur vers l'intérieur par ce prédateur, provoquant une petit bord. Le coquille, trouvé sur le terrain dans la Hesbaye, les deux parties percées sont peu les mêmes, avec un bord surélevé, ce qui suggère le trou a été fait par le forage de deux côtés: de l'extérieur et de l'intérieur. Cela  donne l'impression qu'il a été fait homme, avec un but. Y at-il un contexte archéologique pour cela?Artéfacts et objets de la surface  n'ont plus de contexte archéologique et  les renseignements directes doivent être obtenus à partir des caractéristiques de l'objet, les relations entre les découvertes cohérentes et les caractéristiques typologiques. En général, les coquilles ont été utilisées par l'homme pour la consommation alimentaire, comme bijouterie et même pour la production des outils  ( Tyree 1998) et par exemple aussi comme outil pour la sculpture de la poterie.
Trouvailles des coquilles percées des escargots des grottes de l'homme Cro -Magnon du Périgord en Dordogne France (4) épreuve que les humains ont été attirés par l'extraordinaire beauté naturelle des coquilles. Il suffit de faire un trou dans la coque et, ainsi faire un bracelet ou un collier. Cela permettrait non seulement se référer à une forme d'art, mais serait aussi un signe de discrimination sociale.
Comme d'autres artéfacts, clairement préhistoriques, provenant du Néolithiqe ancien ont été trouvées sur le terrain, comme une petite hache de phtanite (herminette) et de nombreux outils en silex, ces coquilles auraient pu faire partie d'une société néolithique, par exemple d' une sépulture, probablement de Rubanée( Omaliens) qui a été constaté officiellement sur le terrain.
Du champ ... "il n'y a pas de trouvailles médiévales , mais possible morceaux de poteries romaines identifiées par Titine ( P.L.).." ( Jean Jo Paquay, par communication personelle).

Les 113 sépultures  Rubanées de la région, qui se trouvent à Elsloo (NL) ne montrent pas de tels objets funéraires comme des coquilles de perles ou de coquillages d'escargots (Modderman, 1970). Onze sépultures de la LBK ont été trouvées à l'ouest de lieu nommé Lanakerveld au nord de Maastricht (van Wijk, Beurkens 2008). Les dons trouvés dans les tombes sont généralement composés d'outils en silex, des poteries, meules, pointes de flèches et de pierres et de pigments (hématite, graphite).
Des dons d'inhumances sont rapportés d'autres pays  plus proches, tels que peignes en os et perles, pendentifs et boucles de ceinture de Spondylus et des bijoux fabriqués à partir de coquilles d'escargot. Le trouvaille le  plus proche d'un coquillage,  liée à la Hesbaye, est une coquille Spondylus trouvé à Adlerberg près de Worms, en Allemagne, qui a été trouvé dans une sépulture d'une femme (Glory, l'abbé A., 1943). C'est le lieu le plus au nord de la dispersion anthropique préhistorique de cette coquille, provenant de la Méditerranée.
Conclusion préliminaire

Un coquille percé a été trouve dans l'Hesbaye, entre autre des autres coquilles et artefacts du Neolithique Ancien. Bien que les trous dans les coquilles pourrait avoir une cause naturelle, il semble que le trou dans la coque a été faite par l'homme.
Avec un manque d'information stratigraphique des coquilles et la relation peu claire des coquilles avec les autres artéfacts trouvés sur place, il est difficile de faire des déclarations au sujet de la période que les  coquilles pourraient être apportées à l'emplacement.
Toute  conclusion concernant le préhistoire  est cependant trop grand et trop tôt maintenant, si aucune autre épreuve supplémentaire est trouvé.





1 comment: